Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
A la découverte de la Next Gen: Karen Khachanov

A la découverte de la Next Gen: Karen Khachanov

Pour révéler au monde entier ses nouveaux talents, et préparer au mieux la relève de la génération Fedal, l'ATP a décidé de créer un Masters qui réunira les huit meilleurs joueurs âgés d'au plus 21 ans. La première édition de cette évènement se tiendra à Milan entre le 7 et le 11 novembre. Pour l'occasion, Le Court Central vous présentera, chaque semaine, deux joueurs qui peuvent devenir les champions de demain. Aujourd'hui, on commence avec le joueur russe Karen Khachanov.

Karen Khachanov, après sa défaite au troisième tour de Wimbledon face à Rafael Nadal

Karen Khachanov, après sa défaite au troisième tour de Wimbledon face à Rafael Nadal

Sous ses faux airs de l'acteur Liam Hemsworth, se cache l'un des joueurs qui sonne le retour de la Russie dans le game du circuit masculin. Malgré son jeune âge, Khachanov et son jeu de brute de décoffrage deviennent de moins en moins anonyme aux yeux des passionnés avertis de la petite balle jaune. Fils de médecins, ce fan de Juan Martin Del Potro et de Marat Safin a commencé le tennis à l'âge de trois ans, avant de développer des aptitudes au basket et au football. Alors qu'il était sur le point de s'orienter vers des études d'éducation physique (ou de STAPS en France), ce grand gaillard a choisi de fouler les courts de tennis des quatre coins de la planète plutôt que les bancs de l'université. Bien lui en a pris.

En effet, depuis l'année dernière, tout s'enchaîne vite pour le joueur moscovite de 21 ans. Alors qu'il ne parvenait pas à franchir les qualifications des tournois du Grand Chelem, ce grand échalas d'1m98 a brisé la malédiction et a décroché son sésame pour disputer l'US Open. A la Big Apple, il a même franchi un tour avant de céder face à Kei Nishikori, l'un des futurs demi-finalistes de l'édition 2016 du tournoi new-yorkais. Puis, quelques semaines plus tard, le protégé de l'entraîneur espagnol Galo Blanco a remporté son premier titre à Chengdu en Chine, en battant notamment Tomas Berdych. Cette performance lui a, ainsi, permis de finir 2016 aux portes du top 50.

En 2017, Khachanov continue sa progression: si le russe ne s'est pas encore familiarisé avec les Masters 1000 (il ne compte que trois victoires dans cette catégorie de tournoi), il commence à prendre ses aises en Grand Chelem. Son service surpuissant et ses coups droits lourds lui ont, ainsi, ouvert les portes du troisième tour de Wimbledon,où il a mordu la poussière face à Rafael Nadal. Toutefois, aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est à Roland-Garros que le jeu de déménageur du jeune Russe s'est, pour le moment, le mieux illustré. En effet, à la Porte d'Auteuil, Khachanov est devenu le bourreau de Tomas Berdych et de John Isner, et ne s'est incliné qu'en huitièmes de finale, face à Andy Murray. Ainsi, ses performances solides en Majeur lui octroient le bénéfice de jouir d'une place de tête de série dans les Grands Chelems. Ses adversaires sont prévenus: son service de mammouth devrait faire des ravages sur les courts secs et rapides de Flushing Meadows. Toutefois, pour espérer côtoyer les mêmes sommets que son idole Marat Safin, Khachanov doit s'efforcer de varier son jeu, au risque de délivrer des partitions stéréotypées et d'éprouver des limites au moment de s'imposer dans les derniers tours des Masters 1000 ou des tournois du Grand Chelem.

Petit résumé de son huitième de finale perdu face à Andy Murray, à Roland-Garros.