Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
Filip Dewulf: des qualifications aux demi-finales de Roland-Garros

Filip Dewulf: des qualifications aux demi-finales de Roland-Garros

Avant le tournoi principal de Roland-Garros (qui débute ce dimanche) se déroulent les qualifications. Pendant cinq jours, 128 joueurs classés hors du top 100 vont se battre pour 16 sésames qui leur permettront de se joindre au tableau final. Si la plupart de ces qualifiés voient leur route s'arrêter prématurément, quelques uns effectuent, en revanche, une belle épopée par la suite. C'est le cas du joueur belge Filip Dewulf: il y a 20 ans, il s'était extirpé de la jungle des qualifications...pour se hisser jusqu'en demi-finale.

Filip Dewulf: des qualifications aux demi-finales de Roland-Garros

Cette année, l'AS Monaco a fait vibrer les passionnés de football de la France entière. En plus de proposer un jeu chatoyant qui les ont amenés sur le toit de la Ligue 1, les joueurs du Rocher, menés par des individualités comme Kylian MBappé, ont réalisé une véritable épopée européenne en se hissant en demi-finales de la Ligue des Champions, après s'être extirpé du troisième tour préliminaire et des barrages l'été dernier. Pourtant, dans l'histoire du sport, un pareil exploit s'est déroulé sous nos yeux ébahis à Roland-Garros. Si 1997 restera comme l'année du premier sacre du solaire Gustavo Kuerten à Roland-Garros, cette même édition du tournoi du Grand Chelem parisien sera marqué par une autre aventure incroyable, celle de Filip Dewulf. Ce joueur belge de 25 ans, alors classé 122ème joueur mondial, a déjoué tous les pronostics en se hissant en demi-finales du tournoi de la Porte d'Auteuil. Une telle performance paraît aujourd'hui impossible, tant les meilleurs joueurs ont verrouillé les places finales dans n'importe quel tournoi du Grand Chelem.

Pourtant, rien ne prédestinait Dewulf à une telle épopée. Dans les limbes du classement mondial, le Flamand doit s'en remettre aux qualifications pour gagner sa place dans le tableau final. Dans une interview accordée au site 15-love Tennis, il avoue être arrivé à Roland-Garros sans grands repères "sans fonder beaucoup d'espoirs". Après un premier tour de qualifs compliqué face à un joueur expérimenté sur terre-battue, celui qui allait devenir le premier Belge à atteindre une demi-finale de Grand Chelem dans l'ère Open, sort deux matchs guère convaincants face à des joueurs à sa portée. Malgré un manque de confiance évident, il assure, ainsi, l'essentiel: entrer dans le tableau final de Roland-Garros.

A partir de ce moment-là, Dewulf a commencé à jouer de manière décontracté, en abordant son tournoi match par match. Après un premier tour aisé face à un qualifié italien, le joueur belge de 190 centimètres connaît une premier match piège face au brésilien Meligeni. Alors qu'il mène deux sets à zéro et voit une qualification au troisième tour s'approcher à grand pas, son adversaire sud-américain reprend confiance et renverse le cours de la rencontre en recollant deux sets partout. Toutefois, le joueur flamand reprend ses esprits au bon moment pour l'emporter.

De son propre aveu, son troisième tour face au qualifié espagnol Portas constituera le moment le plus marquant de sa folle épopée: face à un joueur de son standing, le Belge avait affrété un car pour inviter des membres de son club de Diest à Paris. Ainsi, une grande ferveur a régné sur le  petit court annexe où il livrait son combat, au fur et à mesure que ce dernier se prolongeait. Cette force lui permis, ainsi, de s'imposer 8-6 au cinquième set, alors qu'il était pris de crampe dans la dernière manche.

Les choses sérieuses commencent en huitièmes de finale, face à Alex Corretja. Le joueur espagnol, qui sort d'un quart de finale à Rome, est présenté comme l'immense favori du duel qui l'oppose au joueur outre-quiévrain, encore novice à ce niveau. Sous un vent à décorner un boeuf, l'ancien coach d'Andy Murray remporte le premier set sans trembler. La perte de la première manche constitue, alors, un électrochoc pour Dewulf: tendu par l'enjeu de la rencontre, il commence à se libérer et se dit qu'il n'a rien à perdre. Ainsi, en voyant le vent souffler et son adversaire multiplier les fautes directes, le qualifié se contente seulement de remettre la balle dans le court. Cela lui a suffi pour gagner cette rencontre. A partir de ce moment-là, comme il le relate lui-même, les médias belges sont devenus fous et ont commencé à assaillir d'interviews le joueur et son entourage. De même, du jour au lendemain, le propriétaire du petit hôtel où résidait le joueur de tennis lors de son épopée parisienne a vu affluer un grand nombre de médias et de supporters belges.

Dans une édition de Roland-Garros qui voit valser rapidement ses principales têtes de série (seulement deux d'entre elles parviennent en quart de finale), notre héros inattendu se voit, donc, affronter le joueur suédois Magnus Norman, futur finaliste de Roland en 2000 et futur entraîneur de Stan Wawrinka, alors 70ème joueur mondial. Pour les deux joueurs, ce Roland-Garros représente une chance unique de se hisser en demies, voire en finale d'un tournoi du Grand Chelem. Ainsi, malgré cette tension, Dewulf remporte le combat mental et se hisse dans le dernier carré. Cet exploit magnifique, sera quelque peu gâché par l'emballement médiatique qui entoure cela: toute cette présence devenait rapidement trop dur à porter sur les frêles épaules du joueur. Ainsi, face à Gustavo Kuerten, dont le sourire et la décontraction avait conquis le public parisien, Dewulf est dominé par l'enjeu de la rencontre, ne sortira pas le match qu'il aurait voulu et laissera le champ libre au futur vainqueur du tournoi. En tout cas, vingt ans après, celui qui assure avoir coupé les ponts avec le tennis (il consacre beaucoup de son temps à sa grande passion, le football) assure qu'on lui parle de son exploit, même s'il confiera qu'il a mieux vécu l'édition suivante de Roland-Garros, où il est parvenu à atteindre les quarts de finale. Vingt ans après, personne n'a réussi à rééditer l'exploit du joueur belge à Roland-Garros; seul le biélorusse Votchkov a pu effectuer un parcours similaire dans un tournoi du Grand Chelem (Wimbledon en 2000) . De même, seuls quatre joueurs issus des qualifications sont parvenus à se hisser en deuxième semaine du tournoi parisien. Preuve que Dewulf restera longtemps dans l'Histoire du tournoi.