Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
Andy Murray va t'il sortir la tête de l'eau?

Andy Murray va t'il sortir la tête de l'eau?

Après une saison 2016 flamboyante, marquée par une accession sur le trône du tennis mondial, Andy Murray connaît une véritable gueule de mois en ce début d'année 2017. Méconnaissable dans le jeu, multipliant les défaites prématurées, l'Ecossais s'accroche coûte que coûte à sa place de numéro un mondial. Le Muzz' va-t'il retrouver le cycle vertueux de victoires où devra-t'il compter les jours qui lui restent à passer au sommet? Andy, this is your tape.

Andy Murray va t'il sortir la tête de l'eau?

Si on nous avait dit, aux premières heures de 2017, que Murray allait effectuer ce début de saison, on n'y aurait pas cru. Il faut avouer que l'écossais avait terminé 2016 en faisant très forte impression: à l'issue d'une série de vingt victoires consécutives, le protégé d'Ivan Lendl avait rafflé les deux derniers Masters 1000 de 2016 (Shanghaï et Bercy), la place de numéro un mondial et le Masters. La mécanique de celui qui a été adoubé par la Reine Elisabeth semblait infaillible tant ses plans pour venir à bout de ses adversaires se déroulaient, à chaque fois, à merveille. Surtout, Novak Djokovic et lui nous avait mis l'eau à la bouche en déployant un niveau de jeu phénoménal lors du premier tournoi de l'année à Doha. Toutefois, depuis cette semaine qatarie, la mécanique du numéro un mondial est, petit à petit, entré en déliquescence. Le premier marqueur de cette crise a été sa sortie dès les huitièmes de finale de l'Australian Open. Alors que le premier majeur de l'année, dont il a été cinq fois le finaliste, lui tendait les bras suite à l'élimination au deuxième tour de Novak Djokovic, Murray s'est rétamé face aux enchaînements service-volée de Mischa Zverev. Si on excepte une semaine bien négociée à Dubaï, le britannique s'enfonce encore et encore: suite à une autre élimination précoce à Indian Wells face au qualifié canadien Vasek Pospisil,. Alors qu'il avait montré des progrès sensibles sur terre-battue ces dernières années, les différents tournois européens sur la surface ocre ont été le théâtre de sa perdition. Sauf à Barcelone, où il sort un match solide malgré sa défaite face à Dominic Thiem, le reste de sa saison sur terre a ressemblé à un long chemin de croix. Ainsi, Murray n'est pas parvenu à maîtriser les assaults d'un Albert Ramos en confiance à Monte-Carlo, et a montré un visage inquiétant à Madrid et à Rome, lors de ses défaites respectives face à Borna Coric et Fabio Fognini.

Cette méforme soudaine intervient à un moment où on commençait à croire aux chances de Murray sur terre-battue. En effet, alors qu'il venait souvent à reculons à Roland-Garros, il a réussi, petit à petit, à se persuader qu'il pouvait briller autant sur terre-battue que sur n'importe quelle autre surface. Ainsi, sous l'impulsion d'Amélie Mauresmo (qui fut sa coach entre 2014 et 2016), Murray a énormément progressé sur cette surface. Ainsi, alors qu'il n'avait jamais remporté un titre sur le voile ocre, Murray est devenu une véritable menace pour les Djokovic et Nadal en leur grillant la politesse sur certains Masters 1000 comme à Madrid en 2015 ou Rome en 2016. On se souvient, également, de la demi-finale à Roland-Garros en 2015 l'opposant à Novak Djokovic, et dans laquelle il avait failli venir à bout de celui qui venait juste de terrasser Rafael Nadal dans son jardin. L'année dernière, malgré un deuxième tour complexe face au jeune français Mathias Bourgue, il s'était hissé en finale, après avoir écoeuré Richard Gasquet en quarts de finale et Stan Wawrinka en demi. 

Ainsi, pour ce Roland-Garros, on ne sait pas à quoi attendre d'Andy Murray. On ne sait pas si ce formidable athlète va recouvrir la pleine possession de son potentiel ou s'il va, au contraire, sombrer. Si la première option se déroulait, cela créerait des étincelles sur les courts de la Porte d'Auteuil: le protégé d'Ivan Lendl essorerait, alors, les différents adversaires qui se dresseront sur sa route comme il adore le faire lorsqu'il joue à son meilleur. Si on était confronté à ce cas de figure, on pourrait envoyer le britannique parmi les prétendants aux places en demi-finales. Toutefois, s'il montre le même niveau de jeu que ces dernières semaines, cela pourrait inspirer des joueurs moins en vue dans le tournoi pour prendre confiance et jouer le match de leur vie (comme l'avait fait Mischa Zverev à Melbourne) pour éliminer Murray des débats. Et là, la remise en question serait profonde, à quelques semaines d'une période où il devra défendre énormément de points pour sauver son trône.