Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
Le debrief des tableaux de l'Australian Open (Partie 2: Le tableau féminin)

Le debrief des tableaux de l'Australian Open (Partie 2: Le tableau féminin)

Après le tableau masculin hier, on passe à l'analyse du tableau féminin de l'Australian Open. Si le tableau masculin laisse entrevoir une hiérarchie, le tournoi féminin, lui, risque de laisser place à des surprises. Angelique Kerber conservera-t'elle son titre? Serena Williams ? Simona Halep ou "Aga" Radwanska seront-elles enfin récompensées? Karolina Pliskova jouera-t'elle les troubles-fête? D'autres joueuses vont-elles émerger et se révéler?

Angelique Kerber, dernière lauréate en date de l'Australian Open.

Angelique Kerber, dernière lauréate en date de l'Australian Open.

Angelique Kerber va-t'elle conserver son titre à Melbourne?

Un an après son sacre, Kerber fait son retour là où sa folle année 2016 a commencé. Il y a tout juste un an, la joueuse de 28 ans remportait son premier Majeur, en battant Serena Williams en finale, avant de survoler la seconde partie et de s'envoler vers la première place mondiale. Toutefois, depuis le début de la saison, Kerber montréequelques signes de faiblesse. Sur trois matchs disputés en 2016, la n°1 mondiale en a perdu deux, face à des joueuses qui semblaient à sa portée. Alors, dans quelle forme va-t'on trouver Kerber? Va-t'elle se transcender pour défendre son titre? Ses premiers tours devraient être à sa portée, notamment en commençant par son premier match contre l'Ukrainienne Tsurenko. Toutefois, le premier danger pourrait venir en huitième de finale où elle pourrait affronter la Russe Kasaktina, contre qui elle a perdu cette semaine. En quarts, elle pourrait retrouver la gagnante du dernier Roland-Garros, Garbine Muguruza, ou l'Espagnole au jeu atypique Carla Suarez-Navarro. Toutefois, faut-il s'inquiéter pour Kerber? La réponse est non. L'an dernier, elle avait sauvé une balle de match au premier tour avant de remporter le tournoi deux semaines plus tard. Alors, certes, il est possible qu'elle ne gagne pas le tournoi. Toutefois, la Brêmoise peut, mentalement, se sortir de situation compliqués et peut atteindre, pourquoi pas, le dernier carré du premier majeur de l'année.

Serena Williams va-t'elle gagner son 23e titre du Grand Chelem au terme de cet Australian Open?

Serena Williams n'aborde pas le premier Grand Chelem de l'année dans des conditions optimales. Après avoir mis fin à sa saison 2016 de manière prématurée (suite à sa défaite en quarts de finale de l'US Open contre Pliskova), Williams est revenue sur les courts à Auckland, il y a deux semaines. Malheureusement pour elle, son entrée en matière a été calamiteuse: pas très affutée, l'Américaine est sortie dès le deuxième tour du tournoi d'Auckland en commettant pas moins de 88 fautes directes lors de son match perdu contre sa modeste compatriote Madison Brengle. De plus, le tirage au sort de vendredi ne s'est pas montré tendre avec la joueuse américaine: au premier tour, elle croisera la route de la jeune et talentueuse joueuse suissesse Belinda Bencic (ancienne top 10, avant d'avoir connu quelques blessures en 2016). Au deuxième tour, elle pourrait faire face à Lucie Safarova, finaliste de l'édition 2015 de Roland-Garros. En quarts de finale, elle pourrait être confrontée à Dominika Cibulkova, qui a vécu une véritable renaissance l'an passé et qui joue avec beaucoup de confiance en elle. Ainsi, sur le papier, Serena Williams devra se montrer très concentrée si elle veut soulever son vingt-troisième titre du Grand Chelem. Toutefois, son mental à toute épreuve, sa volonté de gagner coûte que coûte ainsi que cet enchaînement de matches-piège motiveront la fiancée du fondateur de Reddit à se surpasser et peuvent, sur les derniers matchs du tournoi, la rendre totalement injouable.

 

Quelles sont les outsiders de ce tournoi?

Contrairement aux hommes, les prétendantes pour le titre sont nombreuses. On peut, évidemment, mentionner Aga Radwanska (n°3 mondiale) qui est toujours présente dans les derniers tours des tournois du Grand Chelem sans jamais parvenir à s'imposer. D'ailleurs, l'Australian Open est le tournoi majeur qui réussit le mieux à la joueuse polonaise, puisqu'elle y a été quatre fois quart-de-finaliste et deux fois demi-finaliste (comme l'année dernière). Sans se mentir, une victoire en Grand Chelem pour Radwanska serait méritée tant cela récompenserait sa régularité au plus haut niveau et son jeu assez atypique.

Ensuite, comme à chaque tournoi du Grand Chelem, on peut faire allusion à Simona Halep (n°4 mondiale). La joueuse roumaine, qui s'était inclinée d'entrée l'année dernière, n'aura rien à perdre et peut défendre ses chances, notamment face à une Venus Williams diminuée en huitièmes de finale. Comme Radwanska, Halep fait partie des trois meilleures joueuses à ne pas s'être encore imposée en Grand Chelem. Ainsi, Halep, qui fait partie du top 10 depuis trois ans maintenant, aura à coeur de corriger cette anomalie.

Puis, on peut ajouter d'autres joueuses dans cette short-list. On pense notamment à la Britannique Johanna Konta, qui avait atteint les demi-finales de l'Australian Open l'an dernier et qui ne cesse de progresser depuis cette performance. D'ailleurs, cette semaine, la neuvième joueuse mondiale a remporté le tournoi de Sydney en balayant toutes les joueuses qui se sont dressées sur sa route, dont Radwanska. De plus, son bon coup droit et son service solide peuvent lui permettre de reproduire la performance qu'elle a effectuée à Melbourne en 2016. On peut également ajouter Svetlana Kuznetsova, qui est revenue à un très bon niveau en 2016 et qui peut toujours inquiéter les meilleures, à cette liste de prétendantes.

Toutefois, l'outsider la plus crédible de ce tournoi se nomme Karolina Pliskova. La cinquième joueuse mondiale, finaliste à l'US Open, possède toutes les armes pour s'illustrer lors de cet Open d'Australie. Tout d'abord, son énorme service, qui tutoie les 200 km/h, fera énormément de dégâts, qui plus est sur la surface rapide de l'Australian Open. Ensuite, depuis quelques mois, la joueuse tchèque joue en pleine confiance. Enfin, depuis l'an dernier, Pliskova, qui mesure tout de même 1m85, bouge mieux sur le court et peut rivaliser lorsque de longs échanges se mettent en place. Ainsi, on peut très bien imaginer que, dans des conditions de chaleur extrême qui sont fréquentes à Melbourne l'été, les services de la joueuse tchèque feront mouche et l'aideront à avancer sereinement dans le tableau.

 

Qui vont être les révélations de ce tournoi?

En dehors des joueuses souvent présentes dans les derniers tours des tournois du Grand Chelem, d'autres (jeunes) joueuses peuvent tirer leur épingle du jeu. On pense, tout d'abord, à l'Ukrainienne Elena Svitolina. La protégée de Justine Hénin ne cesse de progresser depuis l'année dernière. En ce début d'année 2017, la joueuse d'Odessa a même battu Angelique Kerber à Brisbane, il y a une dizaine de jours. 

Parmi les autres joueuses qui pourraient se révéler, on pense notamment à Naomi Osaka. Certes, la joueuse japonaise pourrait faire face à Konta dès le deuxième tour. Toutefois, on pense qu'elle saura s'illustrer avec son jeu assez puissant et qu'elle sera aux avant-postes dans les années à venir. On pense également à Ana Konjuh. La jeune joueuse croate de 19 ans, qui a atteint les quarts de finale de l'US Open en 2016, aura des arguments à faire valoir (notamment grâce à des frappes très sèches) lors de cet Australian Open. Son tournoi débutera par un duel face à Kiki Mladenovic. Enfin, on pourrait mettre une pièce sur l'Australienne Daria Gavrilova, qui se sent comme un poisson dans l'eau dès qu'il s'agit de jouer à Melbourne, devant un public acquis à sa cause.