Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
Séoul 1988: Le Grand Chelem doré de Steffi Graf

Séoul 1988: Le Grand Chelem doré de Steffi Graf

Alors que les JO de Rio approchent à grands pas, Le Court Central a décidé de faire une rétrospective des précédentes éditions, qui ont chacune livré des moments de grande émotions, des rencontres à couper le souffle et, parfois, quelques moments de polémique. On commence avec la première édition du tournoi de tennis des JO, qui a vu Steffi Graf parachever un exploit hors norme à Séoul en 1988.

Steffi Graf, vainqueur des Jeux Olympiques de Séoul

Steffi Graf, vainqueur des Jeux Olympiques de Séoul

Soixante quatre ans après sa dernière apparition aux Jeux Olympiques de Paris, le tennis fait son retour parmi le club des sports olympiques pour les Olympiades de Séoul en 1988. Il faut dire qu'en soixante quatre années, le monde du tennis a subi de nombreux changements: de son statut professionnel à l'évolution matérielle, le tennis n'a plus rien avoir avec l'ère où évoluait la légendaire joueuse française Suzanne Lenglen. Toutefois, le sport de la petite balle possède deux Olympiades pour faire ses preuves en tant que sport olympique et revêtir le prestige de l'athlétisme ou de la natation. Si les Jeux de Séoul sont, de manière globale, moins boudés que les dernières éditions en date (on pense, notamment, aux JO de Moscou en 1980 qui furent boycottés par une cinquantaine de pays), il ne parviennent, toutefois, pas à attirer les meilleurs tennisman du monde. En effet, pour ce retour qui doit constituer un tremplin pour le tennis, des joueurs emblématiques comme Mats Wilander, Ivan Lendl, John McEnroe, Jimmy Connors, Boris Becker et Yannick Noah ont décidé de snober la partie. Fort heureusement, le tennis féminin sauve la mise et voit ses meilleurs éléments disputer la compétition. Ainsi, les passionnés de tennis peuvent observer encore un peu plus celle qui a fait toutes le têtes en cette année 1988: l'Ouest-Allemande Steffi Graf.

 

En effet, 1988 se révèle comme la consécration de cette jeune blonde de 19 ans. En plus d'être un monstre de précocité (elle a commencé sa carrière professionnelle à l'âge de treize ans), Graf vient de réaliser un exploit hors-norme: gagner les quatre titres du Grand Chelem. Les spectateurs parisiens se souviennent, notamment, des trente-quatre minutes qui lui auront suffies pour balayer Zvereva en finale de Roland-Garros. A Londres, on a encore en mémoire le passage de témoin épique entre l'adolescente de Manheim et Martina Navratilova, nonuple vainqueur de Wimbledon. Neuf jours avant d'embarquer pour la capitale sud-coréenne, Graf remporte l'US Open aux dépens de l'élégante joueuse argentine Gabriela Sabatini et parachève, ainsi, son exploit qui fera longtemps date dans l'histoire du tennis. Ces Jeux Olympiques constituent donc une belle manière de clore en beauté l'immense saison que Graf vient de vivre.

 

En Corée du Sud, Graf se montre aussi expéditive que Carl Lewis lors d'un 100-mètres: en effet, lors du tournoi olympique, la joueuse d'Allemagne de l'Ouest ne concède qu'un seul set en quarts de finale contre la joueuse soviétique Larissa Savchenko. Pour le titre olympique et la médaille d'or qui l'accompagne, Graf se défait assez aisément de Gabriela Sabatini, qu'elle avait déjà affronté une quinzaine de jours plus tôt en finale de l'US Open. Ainsi, l'épouse d'Andre Agassi devient la première joueuse à réaliser le "Grand Chelem doré": c'est à dire, remporter les quatre tournois du Grand Chelem et les Jeux Olympiques la même année. Dans son numéro célébrant son quarantième anniversaire, le célèbre Tennis Magazine et ses lecteurs ont consacré l'année 1988 de Graf comme le plus grand exploit tennistique de tous les temps. On reste persuadés qu'il faudra se lever de bonne heure pour réaliser une performance pareille.