Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
Murray arrête l'aventure de Gasquet.

Murray arrête l'aventure de Gasquet.

Après deux sets particulièrement accrochés et agréables, Richard Gasquet a calé physiquement face à Andy Murray (5/7 7/6 6/0 6/2). Le Britannique rejoint Stan Wawrinka en demi et enterre les espoirs de sacre du Biterrois.

Gasquet, abattu après son match dantesque (image: FFT)

Gasquet, abattu après son match dantesque (image: FFT)

A de multiples reprises reporté à cause la pluie, le match qui a opposé Richard Gasquet et Andy Murray a eu lieu et a (partiellement) tenu ses promesses. Cet affrontement manichéen a confronté Gasquet, le chouchou du public, joueur fringant contre Nishikori et fierté du peuple local, à Andy Murray, particulièrement ronchon et insupportable sur le court, et assez laborieux dans la victoire. Les deux hommes foulent le court Philippe- Chatrier vers 15 heures, devant 15000 spectateurs qui sont venus voir du beau tennis, après deux journées perturbées par la pluie. Dès les premiers échanges, les deux hommes du jour propose du tennis de qualité et multiplient les coups gagnants. Murray se détache assez rapidement, use Gasquet grâce à ses nombreuses amorties et mène 5-2. Toutefois, Richard y croit dur comme fer et se montre offensif en faisant la différence à la volée et avec son revers de folie. Il va chercher chaque point qui se montre à lui et recolle progressivement. L'opposition de style donne lieu à des échanges spectaculaires qui s'inscrivent comme les plus élégants de la quinzaine, et qui réveille un tournoi assomé par les nombreux forfaits et passages pluvieux. Après avoir recollé à 5-5, le Français breake une nouvelle fois Murray pour s'assurer le gain du premier set 7/5. Rien que pour cette manche, les deux hommes ont inscrit chacun seize coups gagnants. Solide. 

Le revers de Gasquet, qui a fait des ravages (image: FFT)

Le revers de Gasquet, qui a fait des ravages (image: FFT)

Le même scénario se répète et le niveau de jeu proposé continue de couper le souffle du public. A nouveau, Richard Gasquet se fait endormir par un Murray qui multiplie les coups gagnants (26 rien que pour ce deuxième acte!) en début de set et se fait mener 5-2. A nouveau, le quasi-trentenaire s'emploie pour rattraper son retard et sa combativité donne lieu à des points d'anthologie. Toutefois, contrairement à la première manche, le Britannique n'a pas flanché au moment de conclure la première. Alors que Gasquet semblait proche de mener deux sets à rien en menant 3-1 dans le tie-break, Grumpy Murray distille des services chirurgicaux pour éteindre le Français et profite des quelques innatentions du Français pour remporter la deuxième manche. Pour le sujet de la Reine Elisabeth II: le plus dur a été fait: "Richie" ne le sait pas encore, mais sa chance vient, quant à elle de passer.

Murray serre le jeu et enfonce Gasquet (image: FFT)

Murray serre le jeu et enfonce Gasquet (image: FFT)

Ainsi, Murray jubile: son plan de détruire Gasquet physiquement commence à porter ses fruits. Sonné par la perte de la deuxième manche qu'il a failli gagner, lessivé par les nombreux rallyes disputés, le douzième joueur mondial voit les points défiler et ne parvient à se sortir du rouleau-compresseur écossais. Alors que les deux premiers sets avaient duré deux heures et demi, Muzza engrenge la troisième en seulement 27 minutes. Définitivement éteint, on n'assiste pas à une révolte française lors de la quatrième manche, qui se révèle rapidement être la dernière de la partie. Breaké assez rapidement, le protégé de Sergi Bruguera voit ses chances de revenir dans le match se réduirer et son parcours s'arrêter par un Murray qui n'a pas dévié de sa stratégie. Comme dans Game of Thrones, c'est le méchant qui gagne à la fin. Même si la consolation semble faible, Gasquet devrait retrouver le top 10 lundi et aborde avec confiance la suite de la saison. Murray, quant à lui, retrouvera Stan Wawrinka, qui a écarté aisément la surprise du tournoi, Albert Ramos-Vinolas.