Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
#RG2016: Les Présentations (Chapitre 1)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 1)

Roland Garros arrive à grand pas! A cette occasion, votre blog de tennis préféré a décidé de faire une série d'articles sur ceux qui vont incarner la prochaine édition du tournoi parisien. Qu'ils se hissent en finale, se révèlent, marquent un retour au premier plan ou déçoivent, tous les joueurs dont on vous dédiera un article attirera (plus ou moins)  notre attention. Comme il serait trop long et vain de vous parler des 128 joueurs qui seront engagés dans le tableau final, nous en avons sélectionnés une quarantaine. Nous commençons aujourd'hui avec nos cinq premiers joueurs: Fernando Verdasco, Nicolas Almagro, Bernard Tomic, Ernests Gulbis et Vikor Troicki.

 

 

 

Fernando Verdasco (32 ans, Espagne, n°52)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 1)

 

Forme du moment

A près de 33 ans, Fernando Verdasco décline. Si, par moment, l'Espagnol nous gratifie de son puissant coup droit de gaucher (comme lorsqu'il a sorti Rafael Nadal au premier tour de l'Australian Open), le bellâtre semble évoluer loin du niveau qui était le sien à la croisée des décénies 2000 et 2010. Moins en vue depuis plusieurs années dans les grandes échéances (il n'a plus atteint la deuxième d'un tournoi du Grand Chelem depuis deux ans), le Madrilène est, tout de même, capable de coups d'éclats, comme l'atteste sa victoire à Bucarest où il est venu à bout de son compatriote expérimenté Guillermo Garcia-Lopez et du jeune et fringuant français Lucas Pouille. Ce titre peut lui donner à nouveau la confiance qui l'a fuit pendant quelques temps.

 

Roland et lui

Disons-le franchement: même si ses performances parisiennes demeurent propres Roland-Garros n'est pas le tournoi qui réussit le mieux à Fernando Verdasco. En effet, son jeu basé sur des frappes plates et puissantes fait plus de ravages sur dur (comme en témoigne son magnifique parcours à l'Open d'Australie en 2009, où il avait atteint le dernier carré et disputé une demi-finale épique face à Rafael Nadal) que sur la terre parisienne. Même si ces performances parisiennes restent très honnêtes (il a atteint cinq fois les huitièmes de finale en douze éditions), le Madrilène n'a jamais répété au Bois de Boulogne le coup d'éclat effectué à Melbourne ou à l'US Open. Cependant, son coup droit, qu'il réussit à lifter, peut faire sacrément des dégâts, notamment lorsqu'il le joue en bout de course.

 

On le voit arriver au moins... 

L'hidalgo espagol peut ravir de nombreux spectateurs avecson coup droit lifté de gaucher et sa qualité de frappe. Toutefois, son absence de la liste des têtes de série peut l'amener à affronter de gros poissons dès le premier tour, même s'il a sorti une performance majuscule pour indiquer la sortie de l'Open d'Australie à son illustre coéquiper, Rafael Nadal. Si Verdasco parvient à prendre confiance, même face aux tout meilleurs, on pourrait le retrouver au troisième tour (par exemple). Sinon, la longueur de son parcours à Paris en 2016 fondra comme neige au soleil.

 

Nicolas Almagro (30 ans, Espagne, n°48)

 

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 1)

 

Forme du moment

Après deux années 2014 et 2015 galères, Nicolas Almagro revient doucement dans le coup. Si sa saison sur dur se révèle anonyme, l'ancien membre du top 10 semble reprendre confiance sur terre-battue. Le natif de Murcie s'est même illustré en remportant le tournoi d'Estoril la semaine dernière et en se hissant en finale à Buenos Aires, ce qui lui a permis de retrouver le top 50 pour la première fois depuis deux ans. Cependant, le joueur de 30 ans n'arrive pas encore à faire du bruit dans les Masters 1000 et fait, pour le moment, preuve de trop d'inconstance pour revenir plus haut. 

 

Roland et lui

A son firmament, Nicolas Almagro figurait comme l'un des épouvantails du tournoi. Souvent en confiance à Paris, l'Espagnol peut montrer toute la mesure de son jeu explosif et faire vivre un calvaire à ses adversaires. Cela lui a permis, ainsi, d'atteindre trois fois les quarts de finale (en 2008, en 2010 et en 2012). Hélàs, à chaque fois, le même homme a arrêté son aventure parisienne: Rafael Nadal. Malgré de belles résistances, Almagro n'a jamais réussi à vaincre son illustre compatriote dans son fief.

 

On le voit arriver, au moins...

Sur le fond, Nicolas Almagro a toutes les qualités pour briller à nouveau à Paris: la terre-battue lui sied à merveille et son expérience, son jeu explosif ainsi que son récent titre peuvent lui donner confiance et lui permettre de signer une nouvelle belle performance à "Roland". Cependant, son statut de non-tête de série ne lui assurera pas d'être protégé d'un premier, voire d'un deuxième tour face à une grosse tête d'affiche. Si les choses se passent bien pour lui, il peut tout à fait atteindre le troisième tour . 

 

Ernests Gulbis (27 ans, Lettonie, n°82)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 1)

 

Forme du moment

Après une saison 2015 cauchemardesque, l'enfant terrible du tennis n'a pas vraiment arrangé sa situation cette année. En effet, alors qu'il n'avait rien à perdre et pouvait remonter sans pression, le bouillant Letton n'a engrengé que deux petites victoires cette saison, dont aucune sur terre-battue. Où est passé le joueur qui nous avait tant enthousiasmé il y a deux ans? Et surtout: pourquoi ne s'est-il pas engagé en Challenger? Certes, ce sont des tournois de seconde catégorie, où prennent place des joueurs parfois beaucoup moins bien classé que lui. Cependant, cela aurait pu lui permettre de faire le plein de points et de confiance, avant de revenir requinqué sur le "circuit principal". 

Roland et lui

Sans aucun doute, Roland-Garros est LE tournoi qui a le mieux réussi à Gulbis. En 2008, son tennis explosif s'y était révélé et l'ancien membre du top 10  avait atteint son premier quart de finale en Grand Chelem de sa carrière. Après une première traversée du désert liée par des blessures et une grave crise de confiance, le maître incontesté du trash-talking tennistique avait retrouvé de sa superbe, jusqu'à atteindre magistralement le dernier carré du tournoi en 2014. Il y a deux ans, il était même venu à bout de Roger Federer en huitièmes de finale, avant d'éclater Tomas Berdych au tour suivant et de s'incliner face à Novak Djokovic. Depuis? Plus rien...

 

On le voit arriver au moins...

Il y a deux ans, sa demi-finale constituait la conséquence logique d'une succesion de bons résultats et d'une confiance en béton acquises en amont des Internationaux de France. Aujourd'hui, le sulfureux Letton manque trop de repères pour rééditer son exploit ou pour atteindre la deuxième semaine. Passer un tour serait déjà pas mal dans sa situation, même si on aimerait le voir le plus longtemps possible pour son étrange coup droit, son revers puissant et pour son art de distiller des punchlines en conférence de presse.

 

Bernard Tomic (22 ans, Australie, n°22)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 1)

 

Forme du moment

Après une saison 2015 convaincante, 2016 semble plus mitigée pour le jeune australien. Après un bon parcours à l'Open d'Australie et une finale au tournoi d'Acapulco en février dernier, la suite s'est avérée plus compliquée, notamment sur terre-battue. En effet, pour le moment, Tomic n'a enregistré aucune victoire en trois tournois disputés sur cette surface. S'il a fait l'impasse sur Monte-Carlo, le joueur de 22 ans est tombé d'entrée à Bucarest, Istanbul et au Masters 1000 de Madrid. Durant cette dernière échéance, Tomic, souvent taxé de nonchalence, n'a pas caché son exaspération et a décidé de frapper certaines balles en tenant sa raquette... avec le tamis. Courage Bernard, plus qu'un mois et demi à tenir avant le début de la (trop) courte saison sur gazon...

 

Roland et lui

Soyons honnête: Tomic et Paris font deux. En 6 participations, le natif de Stuttgart n'a jamais atteint le troisième tour, même au moment où il bénéficiait d'une tête de série et d'un tableau plus favorable. C'est dommage, parce que son tennis en variation peut faire des ravages sur terre. 

 

On le voit arriver, au moins...

A moins d'un énorme concours de circonstances, son affinité pour la surface ocre de Roland-Garros laisse présager qu'il ne dépassera pas forcément le troisième, stade que son statut de tête doit lui permettre d'atteindre sur le papier. En revanche, il n'est pas impossible qu'il fasse l'objet d'une sortie prématurée, en tombant, par exemple, sur un spécialiste de la terre non-tête de série (Delbonis ou Almagro, par exemple).

 

Viktor Troicki (30 ans, Serbie, n°24)

Viktor Troicki

Viktor Troicki

 

Forme du moment

Après une bon début de saison couronné par un titre à Sydney, un troisième tour à l'Australian Open et une finale à Sofia, Troicki encaisse mal le passage à la terre-battue. Battu au premier tour aux Masters 1000 de Monte-Carlo et de Madrid, l'ami de Novak Djokovic a passé seulement un tour à Barcelone, avant de caler face à Fognini. 

 

Roland et lui

Le Serbe a atteint deux fois les huitièmes de finale en 2011 et en 2013, au moment où il jouait à son meilleur niveau. Entre temps, une suspension suite à un malentendu avec une inspectrice de l'AMA et un retour rapide se sont déroulés. Cependant, malgré une solide 24ème place, Troicki n'a pas encore retrouvé le niveau et l'assurance qui lui ont permis de frapper à la porte du top 10 en 2011.

 

On le voit arriver au moins...

Au troisième tour. Parce que, malgré des résultats en demi-teinte sur terre, le Serbe sait rester solide en Grand Chelem et tenir son rang.