Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
#RG2016: Les Présentations (Chapitre 8)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 8)

A cinq jours du début du tournoi principal, Le Court Central continue ses portraits sur les joueurs qui s'illustreront cette année, à Roland-Garros. Avant de consacrer, demain, un article à Stan Wawrinka, on vous présente trois autres joueurs du top 10: Jo-Wilfried Tsonga, le Canadien Milos Raonic et le Japonais Kei Nishikori.

Milos Raonic (25 ans, Croatie, n°9)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 8)

Forme du moment

Miné par les blessures en 2015, le Canadien revient fort cette année. Titré Brisbane dès la première semaine de la saison (il a même étrillé Roger Federer en finale), le neuvième joueur mondial a, surtout, fait parler de lui à Melbourne, où il s'est hissé en demi-finales du tournoi et est passé proche de sortir Andy Murray à ce stade. Après une période de repos en février, cet amateur d'art contemporain est reparti de plus belle en mars, puisqu'il a atteint la finale du premier Masters 1000 de la saison. Les performances de ce gros serveur sont restées solides lors de la tournée européenne de printemps sur terre: on l'a, notamment, vu en quarts de finale des Masters 1000 de Monte-Carlo et de Madrid. Toutefois, sur terre, le joueur à la gueule de Clark Kent a moins su rivaliser avec des joueurs comme Djokovic ou Murray, et a encaissé certaines roustes face aux deux meilleurs joueurs du circuit.

Roland et lui

Absent en 2015 à cause d'une blessure à un pied, Raonic va retrouver Roland, deux ans après avoir atteint les quarts de finale face à Novak Djokovic. Contrairement à d'autres gros serveurs (comme Karlovic), Raonic semble consistant dans l'échange. De plus, lorsque la terre est sèche, son service tout en variations (kick, slice, plat) fait de lui un redoutable adversaire. Enfin, depuis le début de la saison, le grand Canadien bénéficie des conseils de Carlos Moya, ancien numéro un mondial et vainqueur du tournoi en 1998.

On le voit arriver (au moins)

Plus consistant dans l'échange, solide mentalement, à l'aise sur toutes les surfaces (même sur terre-battue), et relativement épargné par les pépins physiques, Raonic possède les armes pour jouer les troubles-fête lors de cette édition 2016 de Roland-Garros. Attendons de voir le tableau qui lui est réservé, mais celui qui prendra Raonic en huitièmes de finale ne sera pas du tout gâté. Même s'il brillera beaucoup mieux à Wimbledon, le Canadien a une carte à jouer pour atteindre les quarts de finale.

Jo-Wilfried Tsonga (31 ans, France, n°7)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 8)

Forme du moment

Cette année, Tsonga réalise un début de saison encourageant, mais qui n'a pas encore connu de véritable coup d'éclat. Huitième de finaliste à Melbourne face à Nishikori, le Manceau a connu un flop pour sa première tournée d'hiver en Amérique Sud, sur terre-battue. Ensuite, il s'est relancé à Indian Wells en disputant un très bon match face à Djokovic, avant de vaincre Roger Federer en quarts de finale de Monte-Carlo, un mois plus tard. Toutefois, le reste de sa tournée européenne s'est montré moins convaincant: inexistant lors de sa demi-finale face à Gaël Monfils à Monaco, il n'a, ensuite, rien pu faire ace au service monstrueux de Milos Raonic à Madrid. Cependant, le plus inquiétant reste sa déchirure aux abdominaux diagnostiquée juste avant le tournoi de Rome, et qui met en doute sa participation à Roland-Garros. Nonobstant, Tsonga s'est quand même distingué en retrouvant la septième place mondiale, son meilleur classment depuis trois ans, et peut espérer ne pas perdre beaucoup de points de sa demi-finale de l'an dernier.

Roland et lui

Même si on attend encore le successeur de Yannick Noah à Roland-Garros, le septième joueur mondial a tout de même atteint deux fois les demi-finales aux Internationaux de France. La première fois, en 2013, il avait battu Federer en quarts avant d'être un victime de David Ferrer et de la folle demi-finale qui avait opposée Novak Djokovic et Rafael Nadal. En revanche, l'an dernier, son parcours pour atteindre sa seconde demi-finale s'est révélé plus épique. Après une victoire convaincante face à Tomas Berdych en huitièmes de finale, l'égérie des Kinder Bueno avait étrillé Kei Nishikori au bout du suspens avant de proposer une franche résistante au futur vainqueur du tournoi, Stanislas Wawrinka. Transfiguré après sa victoire épique face à Nishikori, il avait écrit un joli "Roland, je t'aime" avec sa raquette.

On le voit arriver (au moins)

On espère vivement que la déchirure aux abdominaux de Tsonga n'influencera ni sa participation, ni sa forme en arrivant à Roland. De cette manière, le numéro 1 français pourra honorer sa tête de série numéro sept et sera, sur le papier, en bonne posture pour atteindre les quarts de finale. Toutefois, en huitièmes, la plupart de ses adversaires potentiels (Raonic, Ferrer, Gasquet, Cilic, Thiem, Goffin, Monfils et Bautista-Agut) se révèleront dangeureux, mais cela peut permettre à Tsonga de prouver qu'il appartient bien à la catégorie de ceux qui peuvent viser une victoire finale en Grand Chelem, même en temps que simple outsider. En plus, "BattlingJo" aura le soutien du public avec lui et pourra se transfigurer comme il l'a fait face à Nishikori l'an dernier. 

Kei Nishikori (26 ans, Japon, n°6)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 8)

Forme du moment

Kei Nishikori confirme en 2016 que sa place parmi les dix meilleurs n'est pas dû au hausard. En effet, le Japonais se révèle très solide cette saison et se positionne comme l'un des principaux dangers au trio Djokovic-Nadal-Murray. Quart de finaliste à Melbourne, le protégé de Michael Chang a, ensuite, remporté le tournoi de Memphis avant d'effectuer une finale au Masters 1000 de Miami et un quart à Indian Wells. Dôté d'une vélocité impressionnante (son jeu de jambe se révèle d'une précision chirurgicale), le joueur de 27 ans montre également de vraies aptitudes sur terre-battue. Ainsi, il n'est pas étonnant de le voir jouer les demi-finales des Masters 1000 de Madrid et Rome, et la finale du tournoi de Barcelone face à Rafael Nadal.

Roland et lui

On se souvient de son quart de finale disputé l'an dernier face à Jo-Wilfried Tsonga  (et qui reste sa meilleure performance à Paris). Alors qu'il était mené deux sets à rien et qu'il semblait à la ramasse face aux frappes lourdes du Manceau, le Japonais a profité d'un accident dans les tribunes pour reprendre ses esprits et revenir petit à petit dans le match. Cependant, cela n'avait pas suffi pour l'emporter. 

On le voit arriver (au moins)

Et si, on voyait Nishikori en demi-finale cette année? Tout d'abord, le natif de Shimane semble éclipser de plus en plus David Ferrer de son rôle de mobilette infatiguable sur le court, en plus de montrer davantage de puissance que son homologue espagnol. Ensuite, la force mentale du Japonais lui permet de ne pas craquer lors de longs marathons, ou de retourner une situation mal embarquée à son avantage. Enfin, le joueur de 26 ans peut compter sur les conseils de Michael Chang, qui a gagné Roland-Garros en 1989 alors qu'il avait 17 ans. Toutefois, même s'il progresse semaine après semaine, Nishikori a encore du mal à venir à bout des cinq joueurs qui sont devant lui. Cependant, après avoir passé un premier cap en atteignant la finale de l'US Open en 2014, le Japonais peut en passer un deuxième en stoppant les plus gros poissons du circuit.