Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
#RG2016: Les Présentations (Chapitre 7)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 7)

Septième épisode de notre feuilleton de présentations des champions qui vont illuminer la quinzaine parisienne. Comme prévu, cet article (ainsi que celui de demain) présente trois nouveaux joueurs: Richard Gasquet, l'Espagnol David Ferrer et le Tchèque Tomas Berdych.

Richard Gasquet (29 ans, France, n°10)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 7)

Forme du moment

Après une saison 2015 assez éblouissante, Richard Gasquet n'a pas été épargné par les blessures en ce début de saison. Touché au dos depuis une série d'exhibitions (l'IPTL), le talentueux Biterrois a manqué le premier Majeur de l'année: l'Open d'Australie. Cependant, le douzième joueur mondial n'a pas manqué son retour chez lui, à Montpellier, où il a remporté son treizième titre. Si ses maux de dos ne se sont pas totalement résorbés (il a dû déclarer forfait à Barcelone à cause de cela), le Français a réalisé des performances plutôt solides, comme en témoignent ses nombreux huitièmes de finale en Masters 1000. Toutefois, il lui manque une énorme performance pour lancer sa saison dans une autre dimension. 

Roland et lui

La relation qu'entretient Richard Gasquet et le tournoi du Grand Chelem semble contrastée. D'abord décevant lorsqu'il s'agissait de défendre ses chances à Roland (on se souvient de certaines éliminations piteuses, comme en 2007 face à Kristof Vliegen), le Biterrois s'est ressaisi avec l'âge et prend part régulièrement aux huitièmes de finale du tournoi de la Porte d'Auteuil. Toutefois, ce stade semble constituer un plafond de verre que "Richie" n'arrive pas encore à briser. La seule fois où il semblait en mesure de le faire, c'était en 2013. Cette année-là, le protégé de Sergi Bruguera et de Sébastien Grosjean affrontait un Stan Wawrinka en pleine bourre. Pendant les deux premiers sets, Gasquet joue avec panache et mène les débats. Cependant, le Suisse profite de certaines erreurs du Français dans le troisième acte pour se relancer et revenir progressivement à deux sets partout. Au bout du suspens, c'est le Suisse qui s'est finalement imposé face au Français qui semblait, plus que jamais, réaliser un complexe des huitièmes de finale à l'époque.

On le voit arriver (au moins)

Et si c'était la bonne année pour enfin dépasser les huitièmes de finale à Roland-Garros? En effet, on sait que Richard Gasquet en pleine confiance demeure injouable pour la plupart de ses adversaires. Or, sur les huit joueurs qu'il peut, théoriquement, affronter en huitièmes de finale, deux jouent dans la même catégorie (Tsonga et Berdych) tandis que deux autres semblent plus vulnérables que d'habitude en ce début de saison (Wawrinka et Federer). Le Biterrois a près d'une chance sur deux d'atteindre son premier quart de finale à Roland-Garros, mais à condition que son dos soit rétabli et que le dixième joueur mondia puisse vraiment jouer libéré.

David Ferrer (34 ans, Espagne, n°12)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 7)

Forme du moment

David Ferrer n'arrive pas à reproduire son début de saison prodigieux de 2015. Alors qu'il avait déjà remporté trois titres et atteint plusieurs demi-finales de Masters 1000 à la même époque, l'Espagnol semble (un peu) accuser le coup en 2016 et n'a toujours pas disputé de finale cette année. Armé d'une nouvelle raquette depuis le début de la saison, l'ancien troisième joueur mondial se montre moins incisif et plus fragile (il a manqué Monte-Carlo et Barcelone suite à une blessure à une jambe) depuis janvier. Malheureusement, la conséquence de ses mésaventures se traduit par une sortie du top 10 ce lundi. Malgré tout, le natif de Javea constituera encore un client à Roland-Garros.

Roland et lui

Depuis de nombreuses années, David Ferrer se révèle être un joueur incontournable sur terr-battue. Très tonique, dôté d'une pugnacité et d'un sens de l'effort légendaires, la technique et la personnalité de David Ferrer s'acclimatent parfaitement sur terre-battue, notamment à Roland-Garros, et font de lui le véritable terrien qu'il est. Plusieurs fois quart-de-finaliste à Paris, le vétéran de 34 ans a même disputé une finale en 2013, après avoir mis fin aux espoirs de sacre de Jo-Wilfried Tsonga en demi-finales. Toutefois, pour sa première (et unique) finale du Grand Chelem, le Valencian s'était montré inhibé par l'enjeu de la rencontre et avait laissé Nadal dérouler pour s'adjuger son huitième sacre parisien.

On le voit arriver (au moins)

Même si David Ferrer en impose moins cette année, il reste tout de même un énorme client sur terre-battue. Ainsi, à moins de voir de nouveau Lucas Pouille se présenter sur sa route (le Français l'a battu deux fois cette année, dont une fois à la régulière à Rome), on ne sent pas la mobilette espagnole s'incliner avant le passage à la deuxième semaine. En revanche, dès les huitièmes de finale, les choses devraient se compliquer pour Ferrer, qui devrait retrouver un autre cador plus en forme que lui cette saison. Même en cas d'exploit à ce stade, les perspectives de victoire finale semblent modeste pour l'Espagnol, quand on sait que les trois favoris de l'édition 2016 se nomment Djokovic, Nadal et Murray. Donc, on devrait à nouveau admirer la vélocité de Ferrer en huitièmes ou en quarts cette année.

 

Tomas Berdych (30 ans, République Tchèque, n°8)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 7)

Forme du moment

Cette année, Tomas Berdych alterne les très bonnes performances et les moins bonnes. On retiendra, sans doute, son quart de finale à Melbourne, son match épique de Coupe Davis face au jeune et prodigieux allemand Zverev, son huitième de finale accroché disputé face à Gasquet, mais également la rouste que lui a infligée le Belge David Goffin à Rome (6/0 6/0). De plus, contrairement aux saisons précédentes, on n'a pas vu le leader du tennis tchèque réaliser des coups d'éclats face aux membres du (faux) Big Four. Malheureusement, ce début de saison mitigé tranche avec celui brillant de 2015, qui l'a vu atteindre son meilleur classement (la quatrième position) et, entre autres, la finale du Masters 1000 de Monte-Carlo . En conséquence, cela vaut au Tchèque de perdre des points et des places au classement ATP. 

Roland et lui

Si le Tchèque a joué également quelques huitièmes de finale et un quart à Roland-Garros, sa meilleure performance reste une place dans le dernier carré de l'édition 2010. On se souvient, alors, qu'il avait failli battre Robin Söderling en demi, avant de devenir un monstre à Wimbledon en écartant Federer dès les quarts de finale et en se hissant en finale face à Nadal. Toutefois, le Tchèque peut être capable de dérouter à Paris. Par exemple, sans dénigrer l'énorme exploit du fantasque joueur français, on se souvient de son élimination au premier tour de l'édition 2012 face à l'atypique Stéphane Robert ou au même stade trois ans plus tôt face à l'Italien Simone Bolelli. 

On le voit arriver (au moins)

 

A notre avis, à moins d'un réveil possible du Tchèque, l'élimination de Berdych servira de strapontin à celui qui se positionnera comme son bourreau. On se souvient que ses deux derniers tombeurs sont tous deux parvenus en demi-finale après l'avoir éliminé: Ernests Gulbis (en 2014) et Jo-Wilfried Tsonga (en 2015). Même si Berdych reste un taulier du circuit jamais facile à battre (surtout lorsqu'il joue en pleine confiance), Roland-Garros et la terre-battue semblent se placer comme le tournoi du Grand Chelem qui convient le moins à son jeu à plat qui manque de variations par moments. Néanmoins, on voit mal comment le Tchèque pourrait s'incliner avant les huitièmes de finale, voire le troisième tour.