Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
#RG2016: Les Présentations (Chapitre 5)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 5)

A une semaine du tirage au sort du tableau final des Internationaux de France, on continue notre saga avec, aujourd'hui, cinq autres joueurs: l'Espagnol Roberto Bautista Agut, le très fougueux Australien Nick Kyrgios, le Français Gilles Simon, l'Américain John Isner et l'Italien Fabio Fognini.

Roberto Bautista Agut (28 ans, Espagne, n°17)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 5)

Forme du moment

Cette année, Roberto Bautista Agut enchaîne les victoires. Déjà vainqueur de deux titres sur dur à Auckland et à Sofia, le natif de Castellon de la Plana a bien failli créer une surprise en huitièmes de finale de l'Open d'Australie. Opposé au Tchèque Tomas Berdych, ce passionné de chevaux a longtemps tenu au sixième joueur mondial de l'époque avant de s'incliner à l'issue de la cinquième et ultime manche. Très à l'aise sur dur (il a également atteint les huitièmes de finale du Masters 1000 de Miami), ce fan de l'équipe de football de Villareal s'est montré plus discret sur terre-battue, même si ses performances sur la surface orange restent honnêtes (deux huitièmes de finale à Monte-Carlo et Madrid,mais un deuxième tour à Rome).

Roland et lui

Contrairement à beaucoup d'Espagnols, Bautista Agut n'est pas un terrien pur et dur. Par le passé, le joueur de 28 ans a montré plus d'aisance sur le ciment de l'US Open et de l'Open d'Australie (où il a atteint deux fois les huitièmes de finale dans chacun des deux tournois) que sur la terre de Roland-Garros. Sa meilleure performance reste un troisième tour en 2014. Toutefois, il possède, quand même, des aptitudes sur terre, comme le prouvent ses résultats au Masters 1000 (il s'y était révélé en 2014 en atteignant les demi-finales où il avait retrouvé Rafael Nadal, avant de signer deux huitièmes de finale d'affilée).

On le voit arriver au moins...

Solide cette année, on ne voit pas Bautista Agut être atteint du symptome de l'élimination prématurée. On risque, en revanche, de le revoir au troisième tour ou atteindre son premier huitième de finale à Paris. En tout cas, on ne prédit pas une partie de plaisir à ceux qui vont rencontrer la route de cet espagnol teigneux.

Nick Kyrgios (21 ans, Australie, n°20)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 5)

Forme du moment

Après une année 2015 assez décevante, Nick Kyrgios nous émerveille à nouveau cette saison. Partout où il passe (sauf à Indian Wells), la tête brûlée australienne multiplie des performances très convaincantes. S'il a remporté son premier titre à Marseille au mois de février, ce fan de l'équipe de basket des Boston Celtics a atteint le dernier carré du tournoi de Dubaï et du Masters 1000 de Miami, les quarts de finale à celui de Madrid (au cours duquel, il a étrillé Stan Wawrinka) et a tenu tête à Rafael Nadal en huitièmes de finale à Rome. S'il revendique son côté nonchalant, le jeune espoir de 20 ans ne lâche plus ses matchs comme il le faisait par moments l'année dernière. 

Roland et lui

Au vue de son âge, l'expérience de Nick Kyrgios à Paris demeure mince, puisque l'Australien va disputer seulement son quatrième Roland cette année. Toutefois, son meilleur résultat reste un troisième tour l'an passé, où il s'est incliné face à Andy Murray.

On le voit arriver au moins

Nul doute que Kyrgios fera mieux cette année à Roland. Aussi bizarre que cela puisse paraître, son tennis très explosif semble se fondre sans difficultés dans la terre-battue. S'il continue sur sa lancée, on voit bien le jeune prodige se hisser au moins en huitièmes de finale. 

Gilles Simon (31 ans, France, n°18)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 5)

 

Forme du moment

A l'approche de Roland-Garros, on ne sait pas sur quel pied dans Gilles Simon. En effet, en ce début de saison, le Niçois s'est montré assez irrégulier. Capable de faire déjouer Novak Djokovic en huitièmes de finale de l'Australian Open comme de s'incliner d'entrée à Montpellier et Marseille, le joueur de 31 ans a oscillé entre le (très) bon et le moins bon. Toutefois, sur terre, "Gilou" s'est montré assez solide en atteignant les huitièmes de finale des Masters 1000 de Monte-Carlo et Madrid, même si, à chaque fois, il a connu une déroute au moment de se faire sortir.

Roland et lui

Les meilleurs résultats de Simon sont trois huitièmes de finale en 2011, 2013 et 2015. Cependant, le public se souvient du deuxième qu'il a disputé, face à Roger Federer. En effet, cette année-là, il avait poussé le Suisse dans ses retranchements et avait mené deux sets à un. Très offensif, il semblait proche de créer un gigantesque exploit avant de voir l'ancien n°1 mondial retourner la situation à son avantge.

On le voit arriver au moins

Malgré son irrégularité cette saison, Simon a prouvé ses dernières années qu'il savait tenir son rang quand il s'agissait de jouer à Paris. C'est ainsi qu'on le voit atteindre, au moins, le troisième tour du tournoi du Grand Chelem parisien. Toutefois, rien ne dit qu'il va connaître des victoires éclatantes comme d'autres plus laborieuses.

 

John Isner (31 ans, USA, n°16)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 5)

Forme du moment

Dans quelle forme John Isner va-t'il arriver à Roland? C'est la question qu'on est en droit de se poser. En effet, le géant américain n'a plus joué depuis début avril, à Houston et a décidé de faire l'impasse de la tournée européenne sur terre (décision qui s'avère logique, quand on connaît le spleen du géant de 208 cm lorsqu'il joue longtemps en Europe, loin de la Floride où il réside).

Roland et lui

Si sa meilleure performance reste un huitième de finale en 2013 face à Murray, le co-détenteur du record du match le plus long a disputé certaines rencontres à Roland qui se sont révélées épique. On se souvient de son premier tour disputé face à Rafael Nadal en 2011: cette année-là, il avait failli sortir d'entrée le Majorquin, après avoir mené deux sets à un face au nonuple vainqueur du tournoi. L'année suivante, il avait fait les frais de la résurrection du Français Paul-Henri Mathieu, alors que ce dernier avait lutté pendant un an pour rétablir son genou douloureux.

 

On le voit arriver au moins

Isner manquera peut-être de repères et de matchs en arrivant à Roland. De plus, s'il fait aussi humide à Roland que cette semaine, son service puissant sera plus simple à retourner, le rebond de la balle sera plus bas pour lui. Malheureusement, s'il tombe face à un terrien qui aime utiliser les effets, cela peut se transformer en calvaire pour le sympathique américain. Si toutes ces conditions sont réunies, le parcours d'Isner à Roland peut tourner court. En revanche, en cas de temps sec, le service du Floridien sera plus efficace et peut l'ammener un peu plus loin (même si on ne le voit pas se qualifier pour les quarts de finale).

Fabio Fognini (28 ans, Italie, n°31)

#RG2016: Les Présentations (Chapitre 5)

Forme du moment

Fabio Fognini vit un début de saison assez compliqué. Jusqu'au mois d'avril, le bouillant Italien s'est montré très discret sur les courts, à cause de perfomances en berne jusqu'au mois de février et une déchirure abdominale qui l'a tenu éloigné des courts jusqu'à Monte-Carlo. En phase de reprise, le fiancé de l'ancienne championne italienne, Flavia Penneta, réalise des performances plus convaincantes. Malgré son maque de réussite en Masters 1000 (sa meilleure perf reste un deuxième tour à Madrid, au bout duquel il s'est incliné face à Nishikori), le natif de San Remo a tenu tête à Nadal en quarts de finale de Barcelone, avant d'atteindre les demis du tournoi de Munich.

Roland et lui

Fabio Fognini s'est distingué de deux manières à Roland. La première fois, en 2010, il avait sorti Gaël Monfils dès le deuxième tour dans un match qui s'était déroulé sur deux jours et qui s'était achevé à la nuit tombée. Il faut souligner qu'il avaiit du remonter un handicap de deux sets à rien pour renverser le plus showman des joueurs Français. Puis, un an plus tard, le talentueux italien s'était qualifié en quarts de finale, après avoir renversé l'Espagnol Albert Montanes alors qu'il était perclu de crampes et qu'il n'arrivait plus à marcher sur le court.

On le voit arriver au moins

Avant son mariage programé la semaine suivant Roland, Fognini aura, sans doute, à coeur de réaliser une belle performance pour sa dulcinée. S'il parvient son statut de tête de série (en restant dans les 32 premiers lundi prochain), Fognini saura tenir son rang et atteindra, au moins, le troisième tour. De plus, lorsqu'il joue en état de grâce, l'Italien se révèle intouchable (Nadal en a fait les frais lors du dernier US Open) et peut battre presque tous les joueurs du circuit. Toutefois, si Fognini commence à jouer la Commeddia dell Arte, il sera davantage susceptible de lâcher un match et de voir son parcours parisienne s'arrêter brusquement. Et ça, ça serait dommage...