Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
Quand Nadal et Djokovic ont enflammé Madrid

Quand Nadal et Djokovic ont enflammé Madrid

Cette semaine, se déroule le Masters 1000 de Madrid. Disputé depuis 2009 sur terre-battue, le plus prestigieux des tournois espagnols a rapidement su s'imposer dans le paysage tennistique,pour le meilleur et le pire . Si, l'an dernier, on vous a raconté l'histoire de la terre-battue bleue, on va vous narrer, cette année, le match le plus spectaculaire du tournoi. Ce dernier a opposé Rafael Nadal et Novak Djokovic en demi-finale de la première édition et deviendra le match le plus long disputé dans le format des deux sets gagnants (près de quatre heures). Cette rencontre rentrera dans l'histoire du tennis par la qualité du jeu offert par les deux joueurs et commencera à entretenir la légende de la rivalité Nadal-Djokovic.

"Comment battre Nadal sur terre? Vous avez quatre heures."

"Comment battre Nadal sur terre? Vous avez quatre heures."

En ce début de saison 2009, Rafael Nadal s'impose comme le leader du circuit. Le Majorquin, n°1 mondial, a déjà remporté six titres, dont 3 Masters 1000 et  a écoeuré Roger Federer en finale de l'Open d'Australie. Comme à son habitude, "Rafa" se montre intraitable sur terre-battue: partout où il passe, celui qui était encore invincible à Roland-Garros repart avec le trophée de vainqueur. Après Monte-Carlo, Barcelone et Rome, Rafael et son oncle (et entraîneur) Toni posent leurs valises à Madrid, pour disputer la première édition du Masters 1000 sur terre-battue de la capitale espagnole. D'emblée, le parcours du Taureau de Manacor s'effectue selon un rythme de croisière: insubmersible, le n°1 mondial fait couler successivement l'autrichien Jürgen Melzer, l'Allemand Philipp Kohlschreiber et son compatriote Fernando Verdasco sans concéder une manche. En demi-finale, il retrouve Novak Djokovic, qui occupe (alors) la position de souffre-douleur de Nadal et de Federer, malgré sa place de n°3 mondial et son sacre à l'Open d'Australie en 2008. Cependant, en cette demi-finale du premier Masters 1000 de Madrid, le Serbe va se rebeller et causer beaucoup de soucis à Nadal.

 

D'emblée, "Nole" profite de la mauvaise deuxième balle du maître de la surface pour breaker et mener 2-0. Face aux lifts puissants et giclants de Nadal, le "Djoker" ne recule pas d'un iota et prend la balle au sommet du rebond pour renvoyer des coups tout aussi rapides. Si Nadal parvient à régler sa mise en jeu, on le voit subir face à la cadence imposée par son adversaire, si bien que le natif des Baléares se voit dans l'obligation de frapper ses balles deux mètres derrière la ligne. A 5-2, Djoko se procure une première balle de set, que Nadal effacera au terme d'un magnifique échange. Toutefois, l'occasion de mener une manche à rien sera avortée au jeu suivant. En effet, sur son jeu de service, le héros serbe voit Nadal dévisser un coup droit qui lui offre le gain de ce premier set 6/3.  

Quand Nadal et Djokovic ont enflammé MadridQuand Nadal et Djokovic ont enflammé Madrid

Cependant, face à Djokovic, se dresse Nadal, le Racaillou du circuit. Outre les muscles, le joueur et le Pokemon peuvent enclaisser les coups avant de répliquer de plus belle. Ainsi, face à Djokovic qui continue de mettre de l'intensité dans ses coups (notamment en revers), Nadal commence à ne plus subir, et installe doucement son rythme. Ce choc donne lieu à des échanges mémorables, gagnés à l'arrachée par l'un ou l'autre des lions qui s'affrontent dans cette moderne Caja Magica. Par exemple, alors qu'il mène 4-3 dans le tie-break de cette deuxième manche, Nadal use Djokovic du fond du court avant de finir sur un coup droit assassin. Nadal conserve son mini-break et égalise à un set partout une poignée de minutes plus tard.

 

Le récital des deux hommes se poursuit lors de l'ultime manche. Djokovic et Nadal continuent de s'envoyer des frappes lourdes et puissantes. Cependant, à 2-1 en sa faveur, le futur n°1 mondial trouve une brêche sur le service de la star locale. Toutefois, Nadal se révèle très tenace et ne laisse pas son adversaire s'échapper. Pour lui faire signifier que sa victoire n'est pas acquise, le Majorquin chipe, à son tour, le service de Djokovic et recolle à 3-3. Dans des phases de jeu très indécises et pauvres en fautes directes, les deux hommes doivent s'employer pour gagner les points: ainsi, il n'est pas rare de voir Rafa conclure certains échanges au filet, tandis que le revers de Djokovic trouve des angles chirurgicaux (notamment au retour). Devant un tel match de colosse, le public madrilène se régale et ovationne les deux héros du jour sur chaque point spectaculaire. Après quatre heures de jeu, les deux hommes doivent se départager sur un ultime tie-break. A l'image des quatre heures qui viennent de s'écouler, ce jeu décisif se révèle épique. A 6-5, le Serbe se procure une première balle de match, que Nadal sauvera au terme d'un échange renversant. Un point plus tard (à 7-6, donc), "Nole" se procure une nouvelle occasion de conclure le match. Cependant, le coup droit lifté du numéro un mondial le prend à contre-pied. Puis c'est au tour de Nadal de manquer une balle de match, à cause d'un passing de revers assassin du numéro 3 mondial. Hélàs, pour Djokovic, Nadal convertit sa deuxième balle de match acquise à 10-9 et peut s'allonger sur le court.

 

Nadal exulte après le long marathon qu'il a partagé avec Djokovic

Nadal exulte après le long marathon qu'il a partagé avec Djokovic

L'âpre combat de 4h02, que Djokovic et Nadal viennent de livrer, rentre dans les annales et figure comme le match le plus long disputé au meilleur des trois sets (ce record sera battu aux JO de Londres par Federer et Del Potro). Si Djokovic se mord les doigts d'être passé aussi près d'une victoire face au roi de la surface ocre, ce dernier relativise et fait souligner la qualité du tennis déployé par les deux joueurs. Le lendemain, Nadal s'inclinera face à Federer en finale, avant de voir son état de grâce s'achever par une défaite mémorable en huitième de finale contre Robin Söderling. Pour le plus grand plaisir des amateurs de tennis du monde entier, ce match titanesque est l'un des premiers matchs qui a fait rentrer la rivalité Nadal-Djokovic dans la légende. Effectivement, d'autres rencontres tout aussi dingues opposant les deux joueurs suivront, tels que la finale de l'Open d'Australie en 2012 ou la demi-finale de Roland-Garros en 2013.    

Les temps forts de ce combat de titans.