Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
L.M.D (S01E03): Muster-Becker, Finale de Monte-Carlo 1995

L.M.D (S01E03): Muster-Becker, Finale de Monte-Carlo 1995

Troisième épisode de notre saga des Matchs du Dimanche, qui raconte les matchs de légendes qui ont marqué l'Histoire du tennis. Après Federer-Roddick, et Williams-Azarenka, on remonte en avril 1995 pour vous raconter l'affrontement titanesque qui a opposé Boris Becker et l'Autrichien Thomas Muster à Monte-Carlo. Ou comment Muster est devenu "Musterminator".

Thomas Muster (à gauche) et Boris Becker (à droite)

Thomas Muster (à gauche) et Boris Becker (à droite)

L'histoire de Thomas Muster ressemble à celle d'un miraculé. En 1989, alors qu'il réalise un début de saison canon, il se fait faucher par une voiture à Key Biscane et se blesse gravement au genou. Alors que ses chances de revenir sur un court de tennis s'assombrissent, l'Autrichien se bat comme un lion, tape des balles assis avec un de ses genoux allongé sur un banc. Six mois plus tard, Muster foule à nouveau les courts du monde entier et devient une terreur sur terre battue. Cette résilience à toute épreuve lui vaut le surnom de "Musterminator" en référence au mythique personnage joué par son illustre compatriote, Arnold Schwarzenneger. Ainsi, il n'est pas rare de voir le meilleur joueur autrichien de l'histoire du tennis gagner un match après être passé par des moments compliqués. 

 

Avant cette finale à Monaco qui l'oppose à Boris Becker, Muster reste sur quarante victoire d'affilée sur terre battue et figure, malgré sa treizième place mondiale, comme l'un des favoris pour Roland-Garros. Cependant, malgré un parcours sans faute, il connaît quelques problèmes de déshydratation et de sommeil, comme en témoigne sa demi-finale disputée la veille face à son sparring-partner et ami, l'Italien Gaudenzi. Comateux, le gaucher du pays de Mozart est transporté à l'hôpital dans la foulée et subit, jusque tard dans la soirée, une série d'examens. Après avoir dormi pendant onze heurese, Musterminator aborde, malgré tout, la finale avec la figure de favori: malgré sa troisième place mondial et son palmarès hors-norme, l'entraîneur de Novak Djokovic n'a jamais réussi à faire briller son jeu d'attaque puissant sur terre battue. Ainsi, l'Allemand n'est jamais parvenu à empocher le moindre titre sur terre battue et, sur le ton de la plaisanterie, a demandé à son adversaire éclopé de lui échanger un titre du Grand Chelem contre un titre sur terre.

L.M.D (S01E03): Muster-Becker, Finale de Monte-Carlo 1995

C'est donc dans ces conditions que les deux joueurs s'affrontent en cette journée de printemps de 1995. D'emblée, le moins bien classé des deux joueurs prend le jeu de service du natif de Dresde. Cependant, "BB", particulièrement fringuant en ce dimanche d'avril 1995, débreake assez rapidement son adversaire. S'il se fait régulièrement passer à la volée par son le gaucher autrichien, l'Allemand entreprend beaucoup plus et multiplie les coups gagnants. De manière méritée, il arrive à breaker à nouveau Muster et prend le large pour empocher la première manche 6/4. En meilleure forme que la veille, Muster offre plus de répondant face à l'agressivité du jeu de Becker et parvient à ne pas vaciller sur son service. Les courts échanges s'enchaînent de manière brève: Becker multiplie les services gagnants tandis que le Transalpin se montre très solide du fond de court. Les deux hommes du jour semblent se diriger vers un jeu décisif quand soudain, d'une froideur implaquable, le troisième joueur mondial chipe à nouveau le service de son adversaire et mène deux sets à rien. 

 

Si Becker est sur le point de glaner le premier titre sur terre-battue de sa carrière, il ne se doute pas du retournement de situation impressionnant que va opérer Mustermiator. Se retrouvant dos au mur, celui qui règne sur la terre-battue cette année-là va se transformer en véritable rouleau compresseur en retour. Assez rapidement, il va breaker deux fois Becker et pousser ce dernier à la faute. Après avoir recollé à deux sets à un, Muster assiste au réveil de Becker: les deux hommes vont, ainsi, disputer une quatrième manche d'anthologie, au terme de laquelle, le plus jeune vainqueur de Wimbledon obtiendra pas moins de deux balles de matchs. Cependant, l'ancien n°1 mondial se montre trop gourmand et manque la deuxième sur une double faute, après avoir servi à près de 200 km/h... sur sa deuxième balle. Après avoir vu son adversaire revenir à égalité, il craque et laisse filer le match et le trophée de vainqueur à Muster, qui achève la rencontre par un 6/0 lors du set décisif. Passablement énervé par la forme resplendissante de l'Autrichien, Becker, qui n'a jamais été un monstre de fair-play tout au long de sa carrière, accuse publiquement son adversaire du jour de s'être dopé. Pour prouver sa bonne foi (et pour faire taire Becker), le natif de Leibnitz se soumet à un contrôle anti-dopage, qui se révèlera négatif. Le héros du jour remporte ainsi son quatrième tournoi d'affilée sur terre-battue et son invincibilité se prolongera tout au long de l'année 1995, à l'issue de laquelle il glanera pas moins de onze trophées sur cette surface, dont Roland-Garros. Dix ans avant la machine Nadal et sa série de 81 victoires d'affilée sur le vole ocre, l'exploit réalisé par Muster impressionne le monde du tennis et aide l'Autrichien à s'emparer de la première place mondial en février 1996.