Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
Monfils à la folie!

Monfils à la folie!

Porté par les spectateurs survoltés du court Suzanne-Lenglen , Gaël Monfils, après un début de rencontre hésitant, a réussi à renverser de manière ahurissante la tête de série n°21 du tournoi, l'Uruguayen Pablo Cuevas (4/6 7/6 3/6 6/4 6/3). Au prochain tour, il devra recouvrir son énergie pour créer l'exploit face à la légende Roger Federer. On vous propose, ainsi, un petit compte-rendu du match le plus excitant de la journée.

Monfils à la folie!

  Monfils doit faire partie des admirateurs de Corneille: non seulement, il semble apprécier les comédies dramatiques en cinq actes mais aussi, parce qu'il vient de loin. En effet, après un deuxième tour marathon face à l'Argentin Schwartzman, le Parisien est (encore) allé puiser dans ses ressources pour écarter le coriace uruguayen Pablo Cuevas, ce vendredi. Dans un match effectivement indécis où, tel Rodrigue, il ne maîtrise pas toute la situation, son génie, sa grâce et la ferveur du public l'ont béni et sauvé d'une élimination presque prématurée. En effet, jusqu'au milieu du quatrième set, le treizième joueur mondial semblait se diriger droit vers la sortie. Irrégulier, incapable de convertir les balles de break qu'il se procure (une convertie sur onze lors des trois premiers sets), le Français subit, également, l'efficacité froide de son adversaire, même quand ce dernier connaît des périodes de baisse de régime (comme au troisième set). Ainsi, malgré un certain équilibre dans les rapports de force (et notamment dans le deuxième set, où aucun des deux joueurs n'a pris le service de l'autre), Cuevas semble prendre la mesure d'un adversaire ni transcendant, ni convaincant, en ce vendredi gris. 

 

  Soudain, porté un public qui s'emballe et crie à gorge déployée pour encourager son poulain, le Français se transcende et commence une remontée fantastique en remportant cinq jeux d'affilée. A l'issue de ce quatrième acte remporté par le héros local, la foule chante, se lève, scande le nom du tricolore: on avait rarement vu un tel mouvement d'euphorie de la part des spectateurs de Roland-Garros, parfois considérés comme pourri-gâté. Désormais remonté à bloc, le demi-finaliste de l'édition 2008 ne répètera pas, dans l'ultime manche, les erreurs jusque-là commises au cours de la rencontre: entreprenant sur son service (71% de première balle dans cet épilogue, contre une moyenne de 57% jusqu'alors) et sur ses balles de break et poussant plus souvent son adversaire à la faute, "La Monf" prend la pleine mesure du cours du jeu et fait parler son rang. Après 3h30 de jeu et un dernier coup gagnant, il peut exulter et communier avec les 10000 âmes du Suzanne-Lenglen, car il sait qu'il vient de réaliser un miracle. Au prochain tour, il faudra, cependant, plus qu'une intervention divine pour pouvoir espérer déloger Federer de l'Olympe.