Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
Tea Time à Wimbledon: les temps forts de la première semaine.

Tea Time à Wimbledon: les temps forts de la première semaine.

Comme il n'y a pas de match ce dimanche, l'occasion de débriefer la première semaine du tournoi du Grand Chelem londonien est plus que la bienvenue, d'autant plus que des surprises sont survenues et que la Coupe du Monde a éclipsé Wimbledon.

Tea Time à Wimbledon: les temps forts de la première semaine.

L'exploit de la semaine: Cornet bat Serena Williams (1/6 6/3 6/4), samedi 28 juin.

Avant cette rencontre, on n'aurait pas misé une pièce sur Alizé Cornet. Et pour cause: non seulement le gazon n'est pas sa surface favorite, mais en plus, elle est confrontée à une montagne, quintuple vainqueur du tournoi. La partie commence tant bien que mal à cause de la pluie: elle subit, alors, une interruption au bout du 3ème jeu du match. Au retour, on se dit qu'elle a été fatale pour la niçoise, qui laisse échapper les 5 jeux suivants avec un taux de premières balles réussies indigne (seulement 38%). Cependant, on sent qu'Alizé revient en confiance: elle ne semble pas résignée et, dos au mur, prend sa chance. Ainsi, pendant les deux autres sets, c'est elle qui dicte le jeu en distribuant de tous les côtés, en s'appuyant sur la vitesse des frappes de son adversaire, en retrouvant sa première balle, ou en tentant des amorties (comme le montre, entre autres, sa balle de match). Surtout, la 24ème joueuse mondiale semble avoir franchi un cap psychologique: autrefois, elle pouvait lâcher un match au bout d'un set et se mettre à pleurer. Maintenant, elle ne montre plus rien et se bat tant que rien n'est perdu officiellement. Quant à la n°1 mondiale, elle continue de décevoir en Grand Chelem cette année: après avoir chuté en huitième de finale à l'Open d'Australie, et après s'être déguisée en Gasper à Roland-Garros, elle ne rejoindra pas la deuxième semaine londonienne (une première depuis...2005). Au delà des résultats en soi, Serena semble nonchalante sur le court et son jeu de jambe ainsi que sa grinta , qui lui avaient permis de briller en 2013, sont aux abonnés absents cette année. Peut-être se lasse-t'elle, après une année 2013 (et une moitié d'année 2012) exceptionnelle et fatigante... En tous cas, cela fait depuis 2006 (et encore, cette année-là, elle avait été éloignée des courts pendant 6 mois à cause de blessures) qu'elle n'avait signé de performances similaires en Grand Chelem au cours d'une saison.

Tea Time à Wimbledon: les temps forts de la première semaine.

La révélation de la semaine: Nick Kyrgios

Bénéficiant d'une invitation, l'australien de 19 ans affrontera Rafael Nadal en deuxième semaine de Wimbledon. En effet, le 144 ème joueur mondial s'est accroché pour en arriver là. Tout d'abord, au premier tour, sa rencontre face à l'atypique Stéphane Robert est longtemps restée compromise, tant les deux hommes ont eu du mal à se départager (un service inviolé lors des trois premiers. Cependant, le "rookie" a su se détacher, grâce à ses 29 aces (mais aussi par les 20 doubles fautes de Robert). Ensuite, il a su rester solide et signer son premier coup d'éclat sur le circuit en disposant de Richard Gasquet (après avoir été mené deux manches à rien et sauvé...9 balles de matchs). Tout ce qu'on peut dire, c'est qu'il a signé un grand match pour prendre le meilleur du n°1 français, qui a, pourtant, réaliser un match loin d'être sale (27 aces, 22 fautes directes (en 5 sets)) et a su prendre des risques qui se sont révélés gagnants: beaucoup de montées à la volée (54 en tout), un service efficace, des coups puissants. Et puis, il s'est montré très lucide sur les moments importants, notamment sur les balles de break: sur 5 procurées, il en a converties 4.

Enfin, au troisième tour, il a su digéré sa victoire au tour précédent, comme le prouve sa performance face au jeune et prometteur Jiri Vesely (3/6 6/3 7/5 6/2), au cours de laquelle ses qualités d'attaquant se sont encore une fois exprimées: 26 aces, 25 montées à la volée, et 63 coups gagnants. Même si sa volée reste perfectible (en même temps, il n'a que 19 ans), l'australien montre un jeu séduisant et peut figurer parmi les meilleurs joueurs mondiaux s'il ne s'égare pas en chemin (prends ça Bernard Tomic).

Tea Time à Wimbledon: les temps forts de la première semaine.Tea Time à Wimbledon: les temps forts de la première semaine.

Un presque long fleuve tranquille pour les favori(te)s.

Mis à part les éliminations de deux premières joueuses mondiales chez les femmes, les autres prétendantes au titre ont tenu leur rang: 10 ans après son explosion dans les jardins de Wimbledon, Sharapova semble bien partie pour rééditer l'exploit. En effet, elle n'a concédé que sept jeux en trois rencontres et a gobé ses adversaires. En principe, la route s'annonce plus dure, avec Kerber dès le prochain tour, et Bouchard (ou Cornet) et Halep en ligne de mire. La récente finaliste de Roland,moins à l'aise sur gazon, a, d'ailleurs, frisé la sortie au deuxième tour face à l'ukrainienne Tsurenko (6/3 4/6 6/4). Au prochain tour, elle devra faire face à la n-ième jeune qui monte, la Kazakh Diyas.

A noter que la plus belle affiche du tournoi féminin reste l'opposition entre deux membres du All England Club: Kvitova (vainqueur en 2011) contre Venus Williams (2000, 2001, 2005, 2007, 2008). C'est l'américaine qui a pris le meilleur départ, en menant 7/5 5-4 (en passant même à deux points du match), mais la tête de série n°6 a recollé à un set partout, à l'issue d'un tie-break où elle a su manœuvrer le puissant service de l'ancienne n°1 mondiale. Finalement, la rencontre s'avère serrée, mais Kvitova reste patiente et se montre lucide sur les moments importants. Ainsi, elle convertit la première balle de match qu'elle se procure sur le service de son adversaire.

Chez les hommes, tous les favoris sont passés (plus ou moins) facilement. Ainsi, Federer, Djokovic ou Murray n'ont pas concédé de sets en route. Même s'il a laissé la première manche à ses adversaires à chacun de ses matchs, Nadal est resté monstrueux et a su dominer les débats. Seul Ferrer s'est incliné au deuxième tour face à l'américain Kusnetsov.

Tea Time à Wimbledon: les temps forts de la première semaine.

Chardy, l'arbre qui cache la forêt.

Si le parcours des Français (qui fera l'objet d'un article entier) s'avère décevant, certains d'entre eux font l'objet de satisfaction. C'est le cas de Jérémy Chardy, qui a atteint les huitièmes de finale et qui rencontrera Marin Cilic. Après une victoire logique et solide face au joueur local Cox, le palois a du batailler pour écarter l'australien Matosevic. En effet, cette rencontre s'est joué sur quelques détails et le 42ème joueur mondial a été solide mentalement tout au long de la rencontre, notamment en revenant dans le match en étant mené 7/6 4-2 face à un australien en confiance et en sauvant des balles de set dans les deuxièmes et troisièmes sets. Après 4h15 de jeu, il rencontre le tombeur de Gulbis (et épouvantail de Federer l'an dernier), Sergiy Stakhovsky et montre qu'il est le patron, à défaut d'avoir laissé un set en chemin. En effet, le français de 27 ans a été intraitable sur son service et s'est montré décisif sur les points importants (5 balles de break converties sur 6) face à l'ukrainien, certes un peu diminué du dos. Après un début de saison décevant, Jérémy reprend confiance et progresse de nouveau. Demain, Marin Cilic, qui a les dents longues depuis son retour, l'attendra au tournant.