Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
Le tableau de Roland-Garros en quelques questions (1/2).

Le tableau de Roland-Garros en quelques questions (1/2).

Le tournoi que tout le monde attend chaque année commence ce dimanche 25 mai. C'est pourquoi, le tirage au sort du tableau (que vous retrouvez en cliquant sur le lien ci-dessous) a été effectué aujourd'hui par Rafael Nadal et Serena Williams, vainqueurs de l'édition 2013. En plus de la saison européenne sur terre-battue qui vient de se dérouler, il apporte des informations sur le possible déroulement de la quinzaine parisienne. On explique.

Le tableau de Roland-Garros en quelques questions (1/2).

La route d'un neuvième titre parisien pour Nadal est-elle semée de (grosses) embûches?

Très clairement, oui. L'Espagnol n'a pas été vraiment gâté par le tirage et devra être en pleine possession de son jeu et de ses moyens pour passer sans soucis. Mis à part trois premiers tours sans dangers particuliers - même si l'octuple vainqueur a tendance à entamer le tournoi parisien avec douleur (souvenez-vous de cette rencontre face à Isner au deuxième tour de l'édition 2011 où il a concédé deux sets avant de conclure la partie...)- le reste du parcours va être difficile. Si tout va bien, il se frotterait à Nicolas Almagro (contre qui il a perdu à Barcelone il y a 3 semaines) ou à Tommy Haas en huitièmes de finale, avant de retrouver David Ferrer (autre tombeur du natif de Manacor, qui plus est à Monte-Carlo) ou (moins probablement) Grigor Dimitrov en quarts de finale. Puis, dans le dernier carré, il livrerait un hypothétique duel face à Stan Wawrinka, LE joueur de ce début de saison, qui n'a peur de rien, ni de personne.

Ce tableau paraît d'autant plus compliqué quand on sait que sa saison sur terre-battue (qui est, d'habitude, le paroxysme de sa domination) a laissé une impression en demi-teinte et moins impressionnante qu'à l'accoutumée: il n'a enregistré qu'un titre lors de la tournée européenne (sans vouloir enfoncer le couteau dans la plaie, Djokovic, Federer et Wawrinka avaient fait l'impasse) et n'a jamais pleinement rassuré. Même à Madrid où il s'impose, il a été baladé par Nishikori avant de profiter de l'abandon du Japonais. Bref, tous les signes de la mainmise nadalienne sur terre-battue n'ont été visibles que par intermittence: ses lifts de coup-droit ont souvent manqué de tranchant et n'ont pas trouvé les zones escomptées. Si les conditions climatiques ne sont pas terribles (c'est à dire qu'avec l'humidité de l'air, la terre battue est plus lourde et la balle liftée fuse moins), la machine à lift ne prendra pas, ce qui constituera un désavantage face à un joueur comme Wawrinka, qui a des frappes plates et sèches. Cependant, cela peut être un mal pour un bien, car il est tout de suite mis sous pression.

Le tableau de Roland-Garros en quelques questions (1/2).

Le titre pour Djokovic: est-ce réalisable cette année?

Totalement. Quand il n'a pas été blessé, le Serbe a été intraitable. Avant sa blessure au bras à Monaco, il n'avait concédé que deux jeux en deux matchs... A Rome, où il s'est imposé, il a souvent eu des matchs couperets, mais il a fait valoir son mental (qui a compensé un petit manque de repères lié à cette blessure). Il en a, même, profité pour prendre un ascendant psychologique sur son rival espagnol, qu'il a dominé en finale (4/6 6/3 6/3) dans une partie où il aura maîtriser les débats. Ainsi, à défaut d'une courte tournée sur terre battue, le Djoker a joué les bonnes cartes (désolé...) et a engrangé plus de confiance que son homologue ibérique. Son tableau, quant à lui, est moins compliqué: les choses ne devraient être tendues qu'à partir des quarts de finale (ce qui est logique) où il pourra croiser la route de Raonic ou de Kei Nishikori: deux joueurs qui confirment, cette saison, les promesses placées en eux. En demi-finale, c'est un Federer de nouveau parent qu'il rencontrera: il n'y a plus qu'à espérer que ce soit une rencontre aussi intense que celle qu'ils ont disputée tous les deux en 2011. En tous cas, Novak part (presque) dans la peau du favori cette année, car il rassure plus que Rafa.

Le tableau de Roland-Garros en quelques questions (1/2).

Wawrinka peut-il se mêler, lui aussi, à la lutte pour le titre?

Oui,mais... Le n°3 mondial a montré deux visages au cours de cette tournée sur terre-battue: tout d'abord impressionnant à Monte-Carlo, où il a joué sur une autre planète, le Vaudois a, part la suite, lâché prise: défaite au deuxième tour de Madrid et en huitième de finale à Rome. La faute à une petite blessure au dos qui l'a dérangé. Ainsi, on ne sait pas à quelle face du Suisse il faut s'attendre, tant il a paru peu régulier ce dernier mois. Cependant, jusqu'en demi-finale, il a hérité d'un parcours tranquille: Lopez au troisième tour (un des seuls espagnols pas forcément à son aise sur terre-battue), Fognini ou Monfils en huitième de finale, Murray (dont on connaît l'amour pour le tournoi parisien) en quarts de finale... C'est un exemple de tableau où le Suisse doit essayer de passer le moins de temps possible sur le court: si tel est le cas, il sera encore frais pendant que Nadal aura un peu plus donné. Enfin, outre sa grande confiance, il faut savoir qu'il est entraîné par Magnus Norman, ancien entraîneur de... Robin Soderling, seul joueur à avoir dominé Rafael Nadal à la Porte d'Auteuil (il y a 5 ans déjà). Il a, donc, les clefs pour battre l'octuple vainqueur du tournoi parisien, d'autant plus que la terre-battue est sa surface de prédilection et qu'il a le jeu pour l'embêter: un grand relâchement, des frappes vives et lourdes des deux côtés (et au service également) ainsi qu'une belle main.

Le tableau de Roland-Garros en quelques questions (1/2).Le tableau de Roland-Garros en quelques questions (1/2).Le tableau de Roland-Garros en quelques questions (1/2).

QUI pour créer une surprise?

Il existe deux options: la première, c'est l'éclosion d'un jeune joueur, qualifié ou non. S'il est bien classé, cela peut être Milos Raonic (à gauche) (qui a signé de très belles et étonnantes performances sur terre-battue cette année (quarts de finale à Monaco, même chose à Madrid et demi-finale à Rome) et qui a accroché Novak Djokovic dans la capitale italienne) ou le Japonais Kei Nishikori (au centre) - vainqueur de Barcelone et finaliste à Madrid (et encore, il menait 6/4 4-2 face à Nadal en finale...)- qui est le protégé de Michael Chang (ancien vainqueur de Roland-Garros en 1989) et qui progresse de manière fulgurante depuis le début de saison. On peut sélectionner, également, l'Argentin Delbonis, qui a causé des soucis même à Rafael Nadal en février, et qui est à surveiller- il a battu Federer l'été dernier à Hambourg et qui a disputé deux finales sur terre cette saison. Enfin, on peut ajouter à cette liste (non exhaustive) Grigor Dimitrov, mais il faudra qu'il gagne en constance s'il veut créer l'exploit face aux "top-players" de la surface (il pourrait être opposé à David Ferrer en 1/8ème). La seconde option serait l'affirmation d'un "vieux" briscard du circuit: un de ces joueurs qui font des matchs et des saisons corrects sans faire partie des top 10, voire top 15. Parmi eux, on peut compter sur l'allemand Philipp Kohlschreiber (à droite), qui pourra rencontrer Andy Murray au troisième tour.Enfin, il y a également Tommy Robredo, quarts de finaliste l'année dernière et spécialiste de la terre, qui peut signer une aventure similaire s'il vient à bout de John Isner et de Tomas Berdych (qui déçoit souvent à Paris).

Le tableau de Roland-Garros en quelques questions (1/2).

Qui sont les principaux outsiders?

Comment ne pas parler de Roger Federer? Le Suisse a réalisé un début de saison très satisfaisant, avec une condition physique retrouvée. Seulement, malgré son brillant parcours à Monaco (finale perdue à rien face à Wawrinka), il manque de matchs sur la surface ocre cette saison. Et pour cause: il est, à nouveau, devenu parent lors du tournoi de Madrid. Ainisi, le Suisse n'a pas joué en terre espagnole, et est juste venu à Rome pour prendre son chèque (défaite au deuxième tour face à Chardy). Même s'il rencontre Djokovic en demi-finale, l'ancien n°1 mondial possède un tableau à sa portée: Tursunov au troisième tour, Youzhny (une de ses victimes préférées) en huitième et Berdych en quarts.

Ensuite, on ne peut pas ne pas mentionner David Ferrer dans cette liste. Le finaliste de la précédente édition du tournoi du seizième arrondissement parisien signe chaque année de belles performances ici. A défaut d'être flamboyante, sa tournée sur terre demeure assez solide (quarts de finale à Rome, demi-finales à Madrid et à Monaco). Si tout va bien, il doit retrouver Rafael Nadal en quarts de finale. L'exploit risque d'être difficile... sauf s'il sort une énorme performance technique (en supposant que le maître des lieux ait retrouvé son niveau de jeu habituel, contrairement à Monte-Carlo) et mentale : en effet, on a l'impression qu'il n'ose pas exprimer son jeu face à la crème de la crème du gotha tennistique.

Le tableau de Roland-Garros en quelques questions (1/2).Le tableau de Roland-Garros en quelques questions (1/2).

Est-ce que ça sent le revers collectif pour les Français cette année?

C'est bien possible. Il faut reconnaître ce qui semble vrai: le début de saison des joueurs tricolores est sans saveurs, sans frissons, et composé de déceptions. Ainsi, de manière générale, les meilleurs d'entre eux ont régressé au classement. C'est le cas de Jo-Wilfried Tsonga, qui, en étant susceptible de rencontrer Novak Djokovic en huitièmes de finale (même si, on se souvient, il s'était procuré deux balles de matchs face à ce même adversaire en 2012), aura du mal à défendre les points de sa demi-finale de l'an dernier. Ensuite, Richard Gasquet n'a pas disputé un seul match sur terre-battue cette saison, et sa participation reste compromise.

Cependant, deux joueurs peuvent créer une surprise: il y a Gaël Monfils( qui est transcendé lors de Roland-Garros, et qui peut décrocher un billet pour les huitièmes de finale, s'il ne fait pas de bêtises), et Gilles Simon (qui a disputé des matchs intéressants dernièrement et peut s'appuyer sur la vitesse d'un Milos Raonic pour développer son jeu).

Sinon, les non-têtes de séries n'ont pas été très vernies: Roger-Vasselin rencontre Tsonga dès le premier tour, Chardy peut tomber sur Djokovic dès le deuxième, tout comme Paul-Henri Mathieu face à Nadal et Mannarino face à Wawrinka; Benneteau peut affronter Gulbis au deuxième tour (l'exploit n'est pas impossible, loin de là...), Herbert joue le géant américain John Isner pour son premier match... Benoît Paire, quant à lui, doit se battre contre son physique, et en particulier, face à un genou droit qui le gène profondément cette saison (une opération peut être envisagée).Enfin, pour son dernier Roland-Garros, Llodra défiera un autre gaucher (Verdasco). J'en oublie d'autres (dont les futurs qualifiés comme le jeune Laurent Lokoli), mais on peut dire que le contingent français n'a pas rassuré avant la grande fête du tennis de notre cher pays. Cependant, un joueur peut tout à fait signer un exploit inattendu...