Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Court Central

Le Court Central

Menu
Top 10: Federer-Nadal

Top 10: Federer-Nadal

Il y a près de 10 ans jour pour jour, deux des plus grands joueurs de tennis de tous les temps s'affrontaient pour la première fois en marge du tournoi de Miami. Retour, à travers 10 matchs, sur la rivalité qui oppose Rafael Nadal et Roger Federer.

Top 10: Federer-Nadal

La Première fois: Miami 2004- Nadal bat Federer 6/3 6/3

En ce début de saison 2004, Roger Federer marche sur l'eau. En effet, son succès à l'Open d'Australie l'a placé sur le trône du tennis mondial. Encore invaincu en 2004 (battu une seule fois seulement depuis son sacre à Wimbledon en 2003), il affronte le jeune espoir espagnol de 17 ans, Rafael Nadal, au troisième tour du Masters Series de Miami.Cela s'annonce comme une rencontre normale, sans trop de grandes difficultés pour Federer . Et pourtant, celui qui est 34ème joueur mondial au moment des faits démontre, lors de cette rencontre, sa hargne et sa puissance et écarte le n°1 mondial en 69 minutes(!). L'Espagnol a déjà compris comment gêner le Suisse sur son coup fort: le coup droit. C'est ainsi qu'il le torpilla sur cette partie du court. De même, Nadal avait montré, au cours de ce match, ses aptitudes à attaquer: 13 de ses 14 montées au filet se sont avérées gagnantes. Quant à Federer, il relativise sa défaite en prétendant être atteint d'une gastroentérite et d'une insolation.

Top 10: Federer-Nadal

La Revanche: Miami 2005- Federer bat Nadal 2/6 6/7 7/6 6/3 6/1

Un an après leur première rencontre, les deux compères se retrouvent encore à Miami, mais pour y disputer une finale cette fois-ci. Après avoir pris une rouste lors de leur premier match et après avoir perdu en demi-finale de l'Open d'Australie (face à Safin), le Suisse veut montrer que c'est lui le patron du circuit. En face, Nadal, alors 29ème mondial, confirme les espoirs qui sont placés en lui: galvanisé par la victoire de l'Espagne en Coupe Davis face aux Etats-Unis (dont il fut l'un des principaux artisans avec Carlos Moya), il a atteint les huitièmes de finale de l'Australian Open (où il a sérieusement malmené Lleyton Hewitt, le futur finaliste de l'édition) et a, un peu plus tôt dans le tournoi, fessé Andy Roddick. Dès le début de la rencontre, Nadal imprime son rythme et montre qu'il est à la hauteur de l'enjeu. Pendant deux sets et demi, l'Espagnol de dix-huit ans fait la course en tête et déploie la palette de son immense talent. Rafa, qui n'a rien à perdre dans cette rencontre, est injouable. En face, Federer ne peut rien faire. C'est alors que le Suisse entame une énorme remontée: d'abord un débreak à 2-4, puis le gain du tie-break du troisième, avant de dérouler lors des deux derniers. Même si Federer gagne le titre ce jour-là, il aura la certitude que Nadal sera son principal rival.

Top 10: Federer-Nadal

- La naissance d'un roi: Roland-Garros 2005, Nadal bat Federer 6/3 4/6 6/4 6/3

Quelques mois plus tard, les deux hommes se retrouvent en demi-finale de Roland-Garros. Le n°1 mondial rencontre le phénomène Nadal, qui s'est imposé à Monte-Carlo et à Rome et qui pointe, désormais, à la 4ème position du classement mondial. Cette rencontre, qui constitue une finale avant l'heure, va vite tourner à l'avantage de l'Espagnol: son lift fait des ravages face à un adversaire qui commet énormément de fautes en coup droit. Surtout, Nadal semble être complètement possédé, et paraît aborder chaque point comme le dernier. Il domine son adversaire dans l'échange et s'attribue la première manche. Cependant, Federer ne se laisse pas faire: le temps de régler ses coups, il égalise à un set partout. Toutefois, il s'en est fallu de peu pour qu'il perde le deuxième set, face à un majorquin qui veut sa part du gâteau. D'ailleurs, Rafa va le lui faire signifier dans les deux prochains sets: le natif de Manacor semble être porté par sa grinta et enchaîne les coups de dingue tandis que Roger se crispe, et plie dans les moments importants: son service et son coup droit sont aux abonnés absents. Nadal a réalisé, le jour de ses 19 ans, une performance d'une étonnante maturité. Il remportera, logiquement, le tournoi deux jours plus tard, en écartant le dopé Mariano Puerta. "A star is born tonight"

Top 10: Federer-Nadal

- Le combat de gladiateurs: Rome 2006, Nadal bat Federer 6/7 7/6 6/4 2/6 7/6

Sans doute la plus belle rencontre sur terre battue entre les deux joueurs et la plus aboutie de Federer face à Nadal. Dans une ville qui a vu l'affrontement entre Romulus et Remus, le combat d'anthologie que les deux joueurs ont livré le 14 mai 2006 a une place de choix. Pourtant, les deux joueurs s'étaient livré un beau combat une semaine plus tôt à Monte-Carlo. Cependant, le n°1 mondial avait craqué (comme d'habitude face à Nadal) sur les moments importants. D'ailleurs, le Suisse a bien compris cela, et c'est la raison pour laquelle il décide de lâcher ses coups dès la première balle. Ainsi,il entreprend la stratégie (qui s'avère payante) de torpiller le revers de Nadal. On assiste, alors, à une rencontre très fermée où les deux joueurs sont au sommet de leur art. Federer empoche la première manche, se procure une balle de set dans la deuxième... mais Nadal, qui ne lâche rien, égalise à une manche partout sur une faute de coup droit du Suisse. Dans ce match qui frise la perfection, la moindre faille peut être fatale: malheureusement, Federer apprend cela à ses dépends lors du troisième set. Le Bâlois prend énormément de risque dans ses courses, ce qu'exploite Nadal pour le fusiller au filer. Au vu du troisième set et de l'état de Federer, on se dit que la fin de la rencontre approche... Que nini ! Le n°1 mondial, attrapé par la fatigue, fait tout pour abréger l'échange en déployant son jeu d'attaque. Il recolle à 2 sets partout et mène 4-1 dans la manche ultime. Nadal, du haut de ses 19 ans, ne se laisse pas faire, et montre qu'il peut rester encore deux heures de plus sur le court: son jeu de jambes et son physique restent impressionnants, ce qui lui permet de recoller, et file vers la victoire dans le tie-break.

- La première finale à Paris: Roland-Garros 2006: Nadal bat Federer 1/6 6/1 6/4 7/6

-Après leur combat dantesque à Rome, tout le monde attend de pied ferme cette finale. Federer marche sur l'eau en ce début de saison 2006 (qui est sa plus aboutie selon moi): l'Helvète affiche un ratio de 44 victoires pour 3 défaites et a la possibilité de réaliser le Grand Chelem (c'est à dire, gagner les quatre tournois du Grand Chelem à la suite). Nadal, qui est le tenant du titre, reste invaincu sur terre-battue depuis Monte Carlo 2005. Si Federer connaît un parcours tranquille (seulement un set de perdu face à Nalbandian, qui abandonnera un peu plus tard dans le match), Nadal est poussé dans ses derniers retranchements par Paul-Henri Mathieu au troisième tour. Dans cette finale, Federer prend tout de suite les devants, et pratique jeu résolument offensif face à un Rafa crispé et qui commet beaucoup de fautes directes. Cependant, l'Espagnol se réveille, déploie sa hargne et son énorme lift de coup droit et devient intraitable pendant que Federer s'effondre, et ne joue plus qu'au fond de court. Pris à la gorge, Roger ne reviendra pas dans la partie tandis que l'Espagnol continue d'affirmer sa suprématie sur terre battue. A 20 ans, il remporte son deuxième titre à la Porte d'Auteuil.

Top 10: Federer-Nadal

- Une bataille dans le Jardin: Wimbledon 2007, Federer bat Nadal 7/6 4/6 7/6 2/6 6/2

Les deux rivaux se retrouvent en finale de cette édition du Grand Chelem londonien, un an après la démonstration de Federer face à l'Espagnol. Pendant que Rodgeur s'est baladé, Nadal a connu un tournoi plus compliqué: il a frôlé l'élimination face à Soderling au troisième tour et face au Youzhny au tour suivant. Lors de cette finale, Nadal montre les progrès considérables qu'il a effectués dans son jeu d'attaque: son revers et sa volée sont devenus de qualités. Ainsi, le n°1 mondial, en lice alors pour 5ème titre consécutif, a beaucoup plus de mal. Les trois premiers sets, au cours desquels les deux joueurs pratiquent un tennis d'exception, sont très fermés mais Federer s'en en menant 2 manches à une. Cependant, Nadal ne craque pas et se montre particulièrement dangereux sur le service de son adversaire. Ses efforts payent: il prend deux fois la mise en jeu de Federer et recolle à deux manches partout. Dans la manche ultime, Federer est encore mis en danger sur son service: il a du sauver quatre balles de break en deux jeux. Rafa ne trouvant pas la faille ultime, il sort son va-tout et prend le n°2 mondial à son propre jeu. Federer peut exulter: il vient de remporter son cinquième titre à Wimbledon et se positionne à deux longueurs de Pete Sampras (qu'il égalera en 2012). Dans son autobiographie (coécrite avec John Carlin), Nadal explique que cette défaite lui a porté un sacré coup au moral, et qu'il s'est juré de gagner Wimbledon.

Top 10: Federer-Nadal

-La rouste: Roland-Garros 2008, Nadal bat Federer 6/1 6/3 6/0.

Cette confrontation restera, sans doute, comme celle dont l'issue a été la plus inattendue. En ce début de saison 2008, Roger Federer n'est pas dans son assiette: victime d'une mononucléose, le niveau de jeu ainsi que la condition physique du n°1 mondial inquiètent. Ainsi, ses performances fléchissent et nombreuses sont les défaites inattendues du Bâlois. Tout cela profite à Rafa, qui se rapproche comme jamais du sommet et enchaîne les bonnes semaines (mis à part sa défaite prématurée au deuxième tour du Masters Series de Rome face à Ferrero). En ce Roland-Garros 2008, le majorquin est stratosphérique: jusqu'en finale, il n'a concédé aucun set sur son chemin. Federer fait le nécessaire pour se hisser en finale, mais n'affronte pas de grosses têtes sur son parcours. En cette finale, tout le monde se demande si Roger va (enfin) faire tomber l'Espagnol et empocher le seul titre du Grand Chelem qui manque à son palmarès. Non seulement, il n'atteindra pas (encore) cet objectif, mais il a connu sa défaite la plus cinglante en Grand Chelem. Le Suisse, qui veut rivaliser au fond de court avec Nadal, est méconnaissable, et les mines de Nadal, monstrueux d'abnégation et de maîtrise, n'arrange pas son affaire. Après 1h48 de jeu, il ne lève que les bras en l'air pour célébrer son 4ème sacre consécutif à Paris : il n'aura pas eu besoin de batailler après tant de facilité. On sent, alors, que le vent est en train de tourner...

Top 10: Federer-Nadal

-Le match du siècle: Wimbledon 2008, Nadal bat Federer 6/4, 6/4, 6/7, 6/7, 9/7

Un mois après la fessée de Roland-Garros, Federer a l'occasion de faire valoir sa mainmise sur Wimbledon et de faire en sorte qu'il garde le contrôle sur le sommet du tennis. Dans un tableau où les principales têtes de série tombent prématurément, Nadal et Federer tiennent leur rang et se hissent en finale sans trop de soucis. Le seul élément qui pourrait déranger la partie est la pluie qui tombe sur Londres. Celle-ci retarde le début de la rencontre d'une demi-heure. Cela ne contraint pas les plans de Nadal, qui démarre sur les chapeaux de roues en empêchant Federer d'exprimer son jeu, ce qui permet à l'Espagnol d'empocher la première manche. Comme un sursaut, le n°1 mondial se montre conquérant dans son jeu, mais Rafa, comme à son habitude, ne lâche rien. Federer, pour la première fois depuis longtemps à Wimbledon, se retrouve dos au mur, mais résiste malgré un flagrant raté dans la conversion des balles de break (aucune sur 6 procurées), tandis que le niveau de jeu du challenger a baissé. A 5-4, la pluie fait son apparition, ce qui avantage Federer. Il se murmure, alors, que Mirka ( la femme de Roger) aurait passé une soufflante à son mari pour qu'il reprenne ses esprits. Cela a eu son effet, puisqu'il a empoché la troisième manche. A partir de là, le match atteint des sommets pendant que les deux joueurs du jour sont touchés par la grâce. Dans le tie-break du quatrième set, l'Espagnol passe à deux points du match mais le lion Federer rugit, sauve deux balles de match, et égalise à deux manches partout. La pluie anglaise décide de faire à nouveau son apparition en début de cinquième manche. Quelques temps plus tard, malgré une luminosité qui a bien diminué sur le Center Court, le jeu reprend de plus belle. Cependant, au quinzième jeu, Nadal breake Federer et un ultime coup droit dans le filet du Suisse offre la victoire,au bout de la nuit, à l'Espagnol, qui accédera à la première place mondiale un mois plus tard.

Top 10: Federer-Nadal

- La séquence émotion : Open d'Australie 2009, Nadal bat Federer 7/5, 3/6, 7/6, 3/6, 6/2

-En ce début de saison 2009, Nadal est le nouveau maître du circuit. Après avoir disputé le match le plus long de l'Histoire de l'Open d'Australie (5h14) face à Verdasco en demi-finales, il retrouve, pour sa première finale à Melbourne, son (désormais) dauphin Roger Federer. Le match est marquée par des cycles: pendant que l'un joue son meilleur tennis, l'autre connaît un trou d'air. Ainsi, au premier set, Federer est tétanisé par le match quand Nadal déroule, puis l'Espagnol connaît un passage à vide tandis que le Suisse reprend ses esprits dans le deuxième set. Le troisième set revoit la domination de Nadal face à un Federer qui gâche les occasions qu'il se procure. Après un quatrième set où le n°1 mondial perd quatre balles de break, voilà que Federer s'écroule de manière inexplicable dans la dernière ligne droite. Le titre revient à Nadal, mais ce que tout le monde retiendra du match, c'est la scène surréaliste qui s'est déroulée lors de la remise des trophées: Federer fond en larmes devant 15000 personnes et Nadal le réconforte tant bien que mal.

Top 10: Federer-Nadal

-Le classique inattendu: Roland-Garros 2011, Nadal bat Federer 7/5, 7/6, 5/7, 6/1

Sans doute la rencontre la plus intense entre les deux joueurs à Roland-Garros. En ce début de saison 2011, un homme rafle tout le circuit: il s'agit de Novak Djokovic, qui s'est permis de battre Nadal à Rome et à Madrid. Forcément, le Serbe est favori de cette édition de Roland-Garros 2011 , d'autant plus qu'il n'a pas encore connu la défaite depuis le début de l'année. Tout le monde attend un duel entre Nole et Rafa... sauf que Federer en décide autrement, en livrant un match titanesque pour venir à bout de Djoko en demi-finale. Entre un Federer retrouvé et un Nadal qui en fait à son habitude (même s'il a frôlé l'élimination dès le premier tour face au géant américain John Isner), on se dit que cette finale va être alléchante. La rencontre commence sur des chapeaux de roues pour le Suisse et fait face à un Nadal tendu, qui commet beaucoup de fautes. Cependant, à 5-2 pour Federer, le tenant du titre se réveille et gagne cinq jeux d'affilée pendant que le n°3 mondial s'effondre. Nadal continue sur la même dynamique et sert pour prendre le large, quand, soudain, une ondée tombe sur le Court Philippe-Chatrier.Au retour du vestiaire, il empoche la deuxième manche et mène très rapidement dans la troisième. Roger, dos au mur, se réveille et sort des coups magiques:il alterne amorties chirurgicales, accélérations fatales et slices de toute beauté. Cela lui permet de revenir à deux manches à une. Toutefois, Nadal n'est pas dupe et écoeure son adversaire, qui s'effondre. Au bout de 3h40 de match, le Majorquin a conquis son 6ème titre à Paris et égale Borg. Quant à Roger, il a livré son match le plus abouti face à Rafa.

Top 10: Federer-Nadal